RMC Sport

OM-PSG : le clasico, une fausse histoire ?

PSG-OM, le 8 avril 2012

PSG-OM, le 8 avril 2012 - -

Dimanche se joue, à l'occasion la huitième journée de Ligue 1, le premier affrontement Paris-Marseille de la saison. Une affiche "classique", mais pas si historique que ça.

Vous croyiez que la rivalité Paris-Marseille remontait aux courses de char antiques entre Lutèce et Massilia ? Arrêtez le vôtre, cette rivalité n'est pas si ancienne que ça ! Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le derby.

Pourquoi, pour parler d'une affiche PSG-OM, les journalistes ont-ils tous à la bouche le mot clasico ?

A l'origine, "el clásico" désigne le duel espagnol entre le Real Madrid et le FC Barcelone. En anglais, on parle de derby. Le français a préféré reprendre le terme castillan, par symbole, sûrement, de cet affrontement historique qui trouve son origine dans deux conceptions de l'Espagne : pouvoir centralisateur contre autonomie des provinces. Plus sage, le terme derby sert plutôt à désigner une rivalité entre deux clubs voisins (par exemple l'historique Lyon-Saint-Etienne ou le derby breton entre Rennes et Lorient).

La comparaison Madrid-Barça et Paris-Marseille est-elle pertinente ?

La rivalité entre Madrid et Barcelone remonte aux origines du football en Espagne. Les deux clubs se sont affrontés pour la première fois en 1902 avant de se retrouver lors du premier championnat professionnel, en 1928. Historiquement, elle s'est ancrée dans le franquisme lorsque Barcelone a symbolisé la résistance au pouvoir étatique incarné par Madrid. Rien de cela entre Paris et Marseille, si ce n'est les vieilles querelles de clochers nord/sud et capitale/province. Et puis l'OM, en élite depuis les débuts du foot pro en France en 1932, n'a pas attendu le PSG, club pro depuis "seulement" 41 ans, pour avoir des rivaux. Dans les années 1970, Marseille snobait le petit nouveau pour se frotter à Saint-Etienne, le club phare de la décennie.

• Alors, elle vient d'où cette rivalité ?

Peut-être d'un simple coup marketing. C'est la thèse avancée par deux journalistes, Jean-François Pérès et François Riolo, dans l'ouvrage qu'ils ont consacré aux deux clubs (OM-PSG, les meilleurs ennemis, paru en 2003 chez Mango Sport). Dans une interview au quotidien La Provence, Jean-François Pérès nomme même un responsable à cette rivalité : Bernard Tapie. Alors président de l'OM seul en tête du championnat, l'homme d'affaire souhaitait un rival pour pimenter le championnat. Quand Canal+ a racheté le PSG en 1991, il s'est rapproché de la chaîne cryptée afin de créer une tension dramatique dans la retranscription des matches entre les deux clubs... Ce qui a aussi arrangé la chaîne, désireuse de draîner de nouveaux abonnés. Ainsi, la mayonnaise est montée dans les années 1990.

Mais qu'importe l'origine, les matches sont vite devenus épiques, comme le relatent encore sur RMC deux "anciens combattants" de la décennie 1990, Eric Di Meco et David Ginola.