RMC Sport

Patson Daka, la nouvelle pépite venue d'Autriche qui aurait pu éclore en France

Auteur d’un triplé ce dimanche avec le Red Bull Salzbourg face à Hartberg (6-0), l’attaquant Patson Daka ne cesse d’impressionner en Autriche. L’international zambien (21 ans) est déjà présenté comme le successeur d’Erling Braut Haaland. Et c’est en France qu’il aurait pu exploser.

"Je ne suis pas le prochain Haaland. Il n’y en a qu’un, comme il n’y a qu’un seul Patson" (The Guardian). D’emblée, Daka (21 ans) fustige toute comparaison avec le prodige norvégien. Pourtant, le parallèle est assez simple à établir: ils sont passés, en moins d’une saison au Red Bull Salzbourg, du statut d’inconnu à celui de pépite en devenir, que l’Europe finira de s’arracher. Une nouvelle preuve du scouting très malin dans la nébuleuse Red Bull.

L’éclosion, pour le Zambien, est un peu moins fulgurante que celle de son ancien compère d’attaque. Même s’il a inscrit une réalisation en Ligue des Champions face à Genk en novembre dernier, c’est surtout en Bundesliga autrichienne que Patson Daka s’amuse, et affole les compteurs : 23 matchs (seulement 14 titularisations), 21 buts et 4 passes décisives cette saison. Le départ de Haaland vers Dortmund en janvier dernier lui a offert encore davantage de responsabilités au sein de la firme autrichienne de Red Bull. Et depuis il fait le spectacle, avec un doublé en Ligue Europa face à Bruges, et donc ce triplé face à Hartberg. 

Meilleur joueur de la CAN U20 en 2017

Repéré très jeune en Zambie, Patson Daka traverse plusieurs clubs locaux (Nchanga Rangers, Green Buffaloes, Kafue Celtic…). Il y réalise des performances remarquées, au point d’être retenu dès ses 16 ans, en 2015, avec les Chipolopolos, la sélection nationale zambienne. En 2017, il retourne avec les Espoirs. C’est avec lui, mais surtout grâce à lui, que la Zambie décroche sa première CAN U20, puisqu’il est élu meilleur joueur de la compétition.

En fin connaisseur du football zambien, Hervé Renard, ancien sélectionneur et vainqueur de la CAN en 2012, flaire le talent du jeune attaquant. Nommé à la tête du LOSC, il fait passer un test à Patson Daka au mois de juillet 2015. Le Zambien débarque alors au domaine de Luchin, et suivra le groupe professionnel en stage de préparation au Touquet. Le mariage n’aura finalement jamais lieu avec les Dogues, pas vraiment aidé par les débuts ratés de Renard à Lille et son éviction au mois de novembre.

Renard: "Il faut vraiment noter son nom…"

Quelques années plus tard, dans un entretien à l’AFP, le sélectionneur actuel de l’Arabie Saoudite en remettait pourtant une couche sur le crack Daka: "C'est un avant-centre moderne, qui va vite, qui est capable de faire des efforts et des différences car il est adroit et a le sens du déplacement. Je l'ai fait venir à Lille à 17 ans, il fallait attendre un peu pour le faire jouer et j'ai eu la malchance d'être remercié entre temps (…) Il faut vraiment noter son nom car c'est un joueur très, très prometteur."

C’est finalement grâce à une autre personnalité du football que l’Europe va découvrir Daka. Fréderic Kanouté, désormais agent, lui fait intégrer la prestigieuse galaxie Red Bull, en janvier 2017. Mais encore trop peu expérimenté pour la première division, il est prêté au FC Liefering en D2 autrichienne. Après s’y être aguerri, retour à Salzbourg où il aide l’équipe en Youth League à remporter la compétition avec un but en demi-finale et un autre en finale. Sans jamais griller d’étapes, Patson Daka parvient finalement à intégrer l’équipe première du club autrichien.

Erling Haaland, arrivé à Salzbourg après lui - en janvier 2019 - mais au talent encore plus précoce, lui est régulièrement préféré. Le Zambien devait attendre son tour, avec patience. Désormais, son heure est venue: Salzbourg n’a d’yeux que pour lui.

Arthur Stroebele