RMC Sport

Pays-Bas-Allemagne: Ter Stegen meilleur que Neuer mais boudé par Löw

Toujours numéro 2 en dépit d’une saison une nouvelle fois remarquable dans les cages du Barça, Marc-André Ter Stegen challenge Jan Oblak ou David De Gea pour le statut de meilleur gardien d’Europe actuellement. Mais n’est pas (encore) parvenu à doubler l’indéboulonnable Manuel Neuer dans la hiérarchie de Joachim Löw, malgré un avantage sportif indéniable.

Que faut-il donc faire pour doubler Manuel Neuer? Côté sportif, Marc-André Ter Stegen semble avoir tout tenté… en vain. Eblouissant dans les rangs du Barça depuis deux ans, le gardien allemand s’érige au sommet de la hiérarchie européenne actuelle à son poste, considéré par certains comme le meilleur gardien du monde à l’instant T. Mais lors des rendez-vous majeurs de la Mannschaft, le portier de 26 ans est… sur le banc.

"Ter Stegen aura sa chance", assure Löw

"Je n’ai pas changé d’avis, confiait Joachim Löw en conférence de presse avant le match nul face à la Serbie mercredi (1-1). Manuel Neuer est notre numéro 1. Je l’ai dit en novembre et tout récemment. Il est notre numéro 1 et notre capitaine. Cette année, nous n’avons pratiquement que des matchs de qualification, avec quelques matchs amicaux. Marc-André Ter Stegen joue à un niveau mondial, il aura sa chance cette année. Je lui donnerai sa chance et nous verront ce qu’il se passe. Manuel Neuer devra être performant l’année prochaine et avec nous. Il sait qu’il y a de la concurrence partout. Mais pour l’instant, il est notre numéro 1."

Faut-il encore s’étonner de l’acharnement du sélectionneur allemand à maintenir sa confiance en son capitaine? Après avoir signifié à Jérôme Boateng, Mats Hummels ou Thomas Müller qu'il ne comptait plus sur eux, Löw a vu le nombre de ses cadres se réduire drastiquement. Trace d'une Coupe du monde 2018 complètement ratée. Rebâtir oui, en repartant de zéro, trop risqué. Et Manuel Neuer voit sa loyauté davantage récompensée encore que ses prestations en club. 

Neuer n'a jamais retrouvé son niveau d'avant-blessure

Depuis sa grave blessure au pied en 2017, le troisième du Ballon d'or 2014 n'a plus son aura d'antan. Lui qui régalait la terre entière de ses parades spectaculaires devenues sa marque de fabrique est à peine cité parmi les cadors actuels au poste. Tandis que son numéro 2 pousse fortement pour lui chiper la place. 

"J'ai un respect absolu pour ce qu'il a apporté à l'Allemagne, je le reconnais sans aucune jalousie, assurait le gardien du Barça en mars 2018. Maintenant nous regardons ce qui va se passer. Nous lui souhaitons tous de vite revenir sur le terrain, c'est le premier pas. Tout le reste, c'est lui qui le décidera en fonction des performances qu'il montrera. Je voudrais être bien préparé pour le Mondial. Ensuite c'est l'entraîneur qui décide, aussi en fonction de la situation de Manu. Moi, je me concentre sur ce qu'il se passe aujourd'hui."

Sauf que malgré une saison 2017-2018 faite de... trois matchs de championnat, c'est bien Neuer qui avait hérité des cages de la Mannschaft en Russie. Avec le peu de réussite qu'on connaît à ces Allemands sortis dès la phase de poules. Question de relation avec le coach, qui lui a confié le brassard après la retraite internationale de Philipp Lahm. 

Matthaüs: " Neuer n’a ni la forme, ni la sécurité"

"Actuellement, Manuel Neuer n’a ni la forme, ni la sécurité qu’il avait avant sa grave blessure. Il n’a pas retrouvé la forme qui lui a permis à quatre reprises d’être élu meilleur gardien du monde, estimait Lothar Matthaüs sur Sky Sport en octobre. Ter Stegen est un gardien de classe mondiale et il le montre au Barça depuis des années. Je pense qu’il a peu à peu gagné l’opportunité de jouer un match important comme titulaire même si Neuer est disponible." En 2017, Ter Stegen avait remporté la Coupe des Confédérations avec l'Allemagne, en tant que titulaire.

Le gardien du leader de Liga a tout pour lui: le jeu au pied autant que des caractéristiques plus "à l'ancienne" de muraille sur sa ligne. Spectaculaire, précis, serein - y compris derrière une défense catalane qui a beaucoup souffert l'an dernier de la complète méforme de Gerard Piqué - et un âge de la maturité qui en font une valeur sûre. Qui s'est affirmée dans le vestiaire et sur le terrain avec le Barça. 

Devenu un leader

En témoigne l'épisode remontada du club contre le PSG en mars 2017. “Après avoir concédé le but (de Cavani ndlr), Ter Stegen a commencé à crier: ‘On ne meurt jamais, on est le Barça!’ Il a continué à crier: ‘Nous allons gagner! Nous allons gagner !’ À un moment donné, j’ai dit à Busquets que Ter Stegen n’allait pas bien”, racontera quelques temps plus tard Javier Mascherano dans Bild.

Comme un déclic pour celui qui, au moment de la victoire de son équipe contre le Real en Coupe du Roi fin février (3-0), restait sur une série de 47 arrêts sur les 55 derniers tirs subis par les Catalans... un monstre. Pas suffisant pour Joachim Löw visiblement. Du moins, jusqu'à présent. 

A.Bouchery