RMC Sport

Bru : « Villas-Boas à Chelsea, ça ne m’étonne pas »

Andre Villas-Boas

Andre Villas-Boas - -

Transféré à Chelsea pour 15M€, l’entraîneur de Porto est la nouvelle attraction du football européen. Jonathan Bru, qui a évolué sous ses ordres à l’Academica Coimbra lors de la saison 2009-10, évoque un technicien exceptionnel.

Jonathan Bru, où avez-vous connu André Villas-Boas ?
J’ai connu André à l’Academica Coimbra, en octobre 2009. Il arrivait de l’Inter où il était l’adjoint de José Mourinho. Nous étions derniers du championnat avec zéro victoire. Tout de suite après son arrivée, on a commencé à gagner. Au bout de cinq matches, le Sporting avait déjà formulé une offre pour le récupérer.

Quel genre de coach est-il ?
C’est un coach qui veut de ses joueurs qu’ils aient du caractère. C’est quelqu’un qui aime le jeu avec le ballon qui ressort proprement de derrière. On l’a vu cette année avec Porto. Offensivement, il est très exigeant auprès des joueurs. Cela ne m’étonne pas du tout qu’il soit à Chelsea maintenant. Il a une grande expérience bien qu’il soit entraîneur seulement depuis un an et demi. Que ce soit à l’Academica ou à Porto, il a prouvé qu’il était bon. Il a vécu tellement de choses auprès de Mourinho qu’il est déjà prêt pour faire le grand saut. Et puis cette année, gagner le titre sans la moindre défaite, c’était du jamais vu au Portugal. C’est d’ailleurs pour cela, que les gens là-bas, l’appellent le surdoué.

Aujourd’hui, continuez-vous à avoir de ses nouvelles ?
Oui régulièrement. Quand j’ai quitté l’Academica Coimbra, il m’a appelé pour me féliciter d’avoir signé à Oliveirense et puis il m’envoyait régulièrement des SMS à chaque fois qu’il entendait parler de moi. Il est comme ça avec tous ses joueurs. Il reste très proche. Le succès qu’il connaît en ce moment, il est conscient qu’il l’a obtenu en partie grâce à nous. Il a des valeurs et n’a qu’une parole. Quand il dit quelque chose, il le fait. C’est le genre d’entraîneur toujours disponible pour ses mecs. Une fois, on avait connu des retards de paiement au club et moi j’avais commandé une cinquantaine de maillots. C’est lui-même qui m’a fait un chèque. Pareil à Noël, il invitait toute l’équipe plus le staff au restaurant. Je garde le souvenir d’un homme généreux en tout point.