RMC Sport

Lebœuf: "L'affaire Rooney ? J’en ai marre de la morale à trois balles"

Frank Leboeuf, membre de la Dream Team RMC Sport, estime que Wayne Rooney ne mérite pas les critiques dont il fait l’objet après avoir été photographié ivre le week-end dernier, entre deux matchs de l’Angleterre. Sa Fédération a annoncé qu’une enquête allait être lancée sur cette soirée arrosée.

Wayne Rooney fait la Une des tabloïds cette semaine en Angleterre. Mais pas pour ses performances sur le terrain. L’attaquant de Manchester United a été photographié ivre le week-end dernier entre deux matchs de sa sélection. Face au scandale, la star de Manchester United a dû s’excuser. Sa Fédération a fait savoir qu’une enquête allait être ouverte concernant cette soirée arrosée. Une situation qui agace Frank Leboeuf. « Certains sont restés à l’âge de la Grèce Antique, avec un esprit sain dans un corps sain ! Ce que Rooney a fait, ce n’est pas bien pour lui. Parce qu’entre deux matchs, tu as surtout besoin de dormir pour récupérer et de vivre plutôt sainement. Surtout quand tu as dépassé la trentaine. Mais j’en ai marre de cette morale à trois balles, où parce que tu es sportif, tu dois absolument faire cas d’exemplarité, je ne suis pas d’accord », dénonce l’ancien défenseur des Bleus.

>> Angleterre : la Fédération va enquêter sur la soirée arrosée de Rooney

Le jeune John Terry aux Baléares…

« Oui, ça peut être évité. Mais il l’a fait, ce n’est pas grave, poursuit-il. On a tellement tapé sur des sportifs qui ont fait des erreurs, parce qu’ils sont sortis ou qu’ils ont cassé la tête à un mec. Mais à la fin de leur carrière, on s’est surtout rappelé que c’étaient des grands joueurs. Rooney n’est plus au niveau qui était le sien avant. Mais quand ça fait six mois qu’on te dit que tu es mauvais, tu as peut-être envie de souffler un peu. Et si ça passe par deux ou trois pintes de bière, et bien ça passe par deux ou trois pintes de bière ! Moi, j’ai connu des joueurs comme ça. Nous étions en préparation aux Baléares avec Chelsea en hiver. A la fin, certains joueurs sont rentrés et d’autres sont restés. Parmi ceux-là, il y avait John Terry, qui avait 19-20 ans. Je lui ai dit : "Fais gaffe, il y a des paparazzis, on les a vus, tiens-toi bien !", parce que je savais qu’ils avaient une soirée libre le lendemain. Et ça n’a pas loupé. Une semaine après, le mec à la Une des journaux, torse nu derrière un bar avec des gonzesses, complètement bourré... »

>> Klopp défend Rooney : "Toutes les légendes que vous admirez ont bu et fumé comme des fous"