RMC Sport

Les punchlines les plus mythiques de Zlatan à Manchester United

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic - AFP

Sans surprise, Manchester United a annoncé ce jeudi le départ de Zlatan Ibrahimovic, qui n'était plus apparu sous le maillot mancunien depuis décembre dernier. Le Suédois aura marqué son passage chez les Red Devils par ses buts et ses blessures, mais également par ses déclarations fracassantes. Petit florilège.

La fin de son aventure en Angleterre était dans l'air depuis quelques semaines. Elle est désormais officielle. Dans un court communiqué publié ce jeudi, Manchester United a annoncé le départ de Zlatan Ibrahimovic, qui pourrait bien prendre la direction de la MLS. Arrivé à l'été 2016 chez les Red Devils en provenance du PSG, le géant suédois se sera illustré durant sa première saison en marquant à 17 reprises en 28 apparitions en Premier League, avant de se blesser gravement en avril. Revenu sur les terrains en novembre, il a rechuté fin décembre et n'est plus réapparu depuis dans le groupe mancunien.

"Je serai le dieu de Manchester"

Mais au delà de ses buts et de ses blessures, il aura aussi marqué son passage à United par des déclarations fracassantes, restant ainsi fidèle à son humilité légendaire. A peine arrivé chez les Mancuniens, il s'était illustré en répondant au "King" Eric Cantona, qui lui avait assuré qu'il ne pouvait y avoir "qu'un roi à Manchester" dans une chronique vidéo pour Eurosport. Réponse du principal intéressé dans les colonnes du journal suédois Aftonbladet: "J'admire Cantona. Et j'ai entendu ce qu'il a dit. Mais je ne serai pas le roi de Manchester. Je serai le dieu de Manchester." Du pur Zlatan, tout aussi inspiré après la victoire de United en League Cup en février 2017.

"Tout ce que je prévoyais s'est passé. Je suis venu pour gagner et j'ai gagné. Plus je gagne et plus je suis satisfait. C'est moi. C'est mon 32e trophée. Partout où je suis allé, j'ai gagné", confiait-il alors au micro de Sky Sports. Deux mois plus tard, Ibra faisait à nouveau du Ibra en enchaînant les punchlines dans un entretien accordé à BT Sport. "Je suis venu ici à 34 ans, je sais que certains pensaient que j'étais en chaise roulante. Qu'est-ce qui s'est passé? Le lion est toujours en vie. Et les lions ne se comparent pas avec les humains", s'amusait-il, répondant au journaliste qui lui demandait de se comparer aux autres attaquants de Premier League.

"Les lions ne récupèrent pas comme les humains"

Fin mais 2017, Zlatan affichait une nouvelle fois son sens de la répartie, cette fois-ci sur Instagram. "Le toucher de balle ne disparaîtra jamais. Les lions ne récupèrent pas comme les humains", écrivait-il, un peu plus d'un mois après avoir été victime d'une rupture des ligaments croisés du genou droit, contre Anderlecht, en quarts de finale de la Ligue Europa. En Angleterre, Zlatan a aussi pris le temps de chambrer Thierry Henry, qui lui avait fait remarquer lors d'une interview pour Sky Sports qu'il ne figurait toujours pas sur les murs d'un gymnase de Manchester où apparaissent les portraits d'anciennes légendes de United comme Ryan Giggs ou Cristiano Ronaldo.

"Les Français sont connus pour leur arrogance"

Zlatan ne s'était pas démonté et lui avait répondu très sérieusement: "Tu sais pourquoi? Parce qu'ils ne savent toujours pas à quoi ressemble Dieu." Auparavant, l'ex-Parisien avait annoncé son retour à Manchester, après avoir été laissé libre de tout contrat, en publiant en août un montage-photo sur ses réseaux sociaux le montrant vêtu d'une tenue proche de celle du Christ et serrant la main à un diable symbolisant les Red Devils. "Je me suis uni à lui", avait-il commenté. En décembre, il avait à nouveau relancé la machine à punchlines dans un documentaire diffusé par Canal+.

"Par rapport à ce que je dis, vous dites que je suis arrogant et les Français sont connus pour leur arrogance. Je suis exactement comme vous. Vous devriez m’adorer, parce que je représente parfaitement la France", avait-il confié. Dans une interview à Sky Italia, il s'en était aussi pris quelques jours plus tôt à Pep Guardiola, son ancien entraîneur au Barça: "J’allais dans une pièce et il en sortait. Ce n’était pas une mauvaise personne mais la plus immature parce qu’un homme doit résoudre ses problèmes", avait expliqué celui qui est annoncé depuis plusieurs semaines par les médias britanniques dans le viseur du LA Galaxy. Il cherche sans doute une nouvelle punchline avant d'officialiser son transfert.

VIDEO - Le Vestiaire : quand Zlatan a sidéré Hengbart en C1

Rodolphe Ryo