RMC Sport

Premier League: les transferts des joueurs européens plus compliqués après le Brexit

Les clubs anglais devront demander un permis de travail au gouvernement pour recruter des joueurs européens quand la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne sera effective.

Les joueurs européens devront disposer d'un permis de travail pour pouvoir jouer en Angleterre après le Brexit, ont annoncé les instances du football anglais après la validation par le gouvernement de leur plan concernant les futures modalités de recrutement, mardi. La fédération anglaise de football (FA), la Ligue anglaise de football (EFL) et la Premier League avaient soumis leur projet concernant l'obtention de permis de travail pour les joueurs "le mois dernier (...) et il a maintenant été approuvé par le ministère de l'Intérieur", écrit la FA dans son communiqué.

A partir du 31 décembre, date à laquelle la Grande-Bretagne quittera officiellement l'Union européenne, les clubs anglais devront demander un permis de travail aux autorités du football pour recruter les joueurs en provenance d'autres pays. C'est actuellement le cas uniquement pour les joueurs non européens. 

L'attribution de ce permis se fera via un système par points, basé sur le nombre de sélections du joueur en équipe nationale et dans les catégories de jeunes, le prestige du club dont il provient (niveau de son championnat, classement dans ce championnat, parcours en compétition européenne) et son nombre d'apparitions avec ce club.

Les clubs ne pourront plus recruter des étrangers de moins de 18 ans

Les clubs ne pourront pas recruter plus de trois joueurs étrangers de moins de 21 ans lors du mercato d'hiver et pas plus de six en une saison. Autre aspect qui changera radicalement la donne: la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE signifie que l'Angleterre retombera sous le coup des règles de la FIFA qui proscrivent le recrutement de joueurs étrangers de moins de 18 ans.

Ces nouvelles dispositions sont censées permettre de garantir "qu'aucune mesure liée au Brexit n'ait d'effet néfaste sur le succès de la Premier League ou sur les perspectives des équipes anglaises", selon Richard Masters, le président de la Premier League, cité dans le communiqué.

NC avec AFP