RMC Sport

Ramsay : « Anelka aime bien défier la France »

Nicolas Anelka

Nicolas Anelka - -

Biographe de Nicolas Anelka, Arnaud Ramsay n’est pas étonné par la nouvelle polémique suscitée par le joueur de West Brom avec sa « quenelle » ce samedi. Il souligne que l’attaquant français s’est construit dans l’adversité.

Arnaud Ramsay, Nicolas Anelka a-t-il un don pour créer la polémique ?

Disons que c’est consubstantiel. Je l’ai connu quand il avait 15 ans et demi et qu’il était apprenti stagiaire au Paris Saint-Germain. Il a presque 35 ans, désormais. Il s’est nourri de l’adversité. Il a toujours eu le sentiment qu’on ne l’aimait pas forcément. Je le taquine parfois en lui disant que c’est l’homme qu’on aime détester. On va dire que ça le rend plus fort. Son doublé est une belle performance parce qu’il n’avait pas joué, pas marqué, depuis longtemps. Mais on ne retient que cette quenelle. C’est un nouveau pied de nez. Je ne pense pas qu’il y ait une dimension politique à son geste. C’est l’homme qui aime bien défier la France et qui a toujours eu un problème avec l’équipe de France.

C'est un élément de sa personnalité...

Je l’avais eu il y a quelques semaines au sujet de Patrice Evra, qu’il défendait (après les attaques de ce dernier contre des consultants, ndlr). Il aime bien défendre l’indéfendable. C’est un petit peu ce qu’il fait aussi avec Dieudonné. Il s’est construit un peu comme ça. Il a quitté la France à 17 ans pour aller jouer à Arsenal, pour grandir, pour s’épanouir. Il a eu des soucis avec l’entraîneur du Real Madrid aussi. Son histoire lui ressemble, elle est pleine de turbulences.

Est-ce aussi une source de motivation pour lui ?

Quand il avait été suspendu après la Coupe du monde 2010, il avait fait le geste d’un boulet de prisonnier au pied qu’on lui enlevait. Parfois, il faisait le geste d’un papillon. C’est sûr qu’il aime bien célébrer ses buts... Si Mamadou Sakho et Tony Parker, qui ont été pris en photo avec Dieudonné faisant la quenelle, se sont excusés parce qu’ils sont soucieux de leur image et qu’ils se sont désolidarisés de tout ça, Nicolas Anelka assumera son geste jusqu’au bout. Anelka, c’est l’anti-gendre idéal. Il s’est fait une raison. Ses parents aussi. Ça ne l’empêche pas d’être heureux avec sa femme et ses trois enfants. Je pensais que Patrice Evra l’avait remplacé dans le rôle de l’ennemi public numéro 1. Il a repris une longueur d’avance !

A votre avis, comment observe-t-il la polémique qu'il a suscitée ce samedi ?

Je pense qu’on fond de lui, il se marre. Il a encore donné un coup de pied dans la fourmilière. Je pense que ça l’amuse. C’est quelqu’un d’assez timide, très discret, qui aime, non pas déclencher la polémique, mais aller à contre-courant de l’opinion. Là, il est en plein dedans. Mais ce n’est pas forcément très drôle, je le comprends.

A lire aussi :

>> La nouvelle provocation d’Anelka

>> Une sanction pour Anelka ?

>> Deplagne : « La quenelle n’a aucune connotation raciste »

Propos recueillis par Antoine Arlot