RMC Sport

PSG-Luyindula : le bras de fer continue

Peguy Luyindula ici dans un match de Ligue Europa contre Dortmund

Peguy Luyindula ici dans un match de Ligue Europa contre Dortmund - -

Le club parisien a annoncé pour la première fois, mercredi sur RMC, qu’il était prêt à résilier le contrat de son attaquant. Le joueur, qui a engagé des procédures aux Prud’hommes et au pénal, parle de « piège ». L’heure n’est pas à la conciliation.

Les dirigeants du club parisien et Peguy Luyindula, toujours sous contrat avec Paris jusqu’en juin 2012, sont loin d’avoir enterré la hache de guerre. Voilà cinq mois que les deux parties sont en conflit et les derniers développements n’invitent guère à l’optimisme. Alors que l’attaquant international a décidé d’engager des poursuites pour « harcèlement moral » devant le tribunal correctionnel de Paris, la direction parisienne a semble-t-il esquissé l’amorce d’un rapprochement. « Luyindula est libre », a déclaré Philippe Boindrieux, directeur-général adjoint du PSG sur RMC dans Luis Attaque, mercredi. « Le club accepte totalement de le laisser libre. On était même prêt à lui payer son contrat actuel jusqu’à la fin de son échéance (30 juin 2012). Des clubs nous ont appelés. On leur a même dit qu’on était prêt à payer la différence de salaire jusqu’à la fin du contrat actuel de Peguy. »

Mis sur la touche depuis la préparation estivale, le joueur a toujours eu en tête de quitter Paris lors de la trêve hivernale. Après avoir réclamé en vain de s’entraîner avec l’équipe première, Luyindula n’a cessé de réclamer la résiliation de son contrat. Paris, de son côté, et bien que désavoué par la commission juridique de la Ligue puis par la commission nationale paritaire d’appel, a campé sur ses positions. Le joueur a saisi les Prud’hommes et attaque maintenant son employeur au pénal. Une tribune dans Le Monde de Philippe Piat, président de l’UNFP, le syndicat des joueurs professionnels, favorable à Luyindula, a poussé le PSG à sortir de son silence. Comme RMC Sport le révélait mercredi, Jean-Claude Blanc, directeur-général du club a adressé peu avant le Nouvel An un courrier aux présidents des clubs de L1 et L2 afin d’apporter des « précisions face aux accusations infondées dont le PSG fait régulièrement l’objet. » Et pour la première fois, son bras droit vient de déclarer sur RMC que le club ne retenait plus le joueur.

Me Repiquet : « C’est un piège ! »

Une annonce publique que l’avocat de Luyindula ne prend pas comme une main tendue. « C’est un piège, affirme a contrario Me Yves Repiquet, présent mercredi aux côtés de son client dans les studios de RMC. C’est un peu facile de dire ‘’Il est libre’’, c’est de la communication. Si le PSG nous avait proposé ça en août, on aurait accepté. Mais entre-temps, il y a eu préjudice. Et on entend à ce qu’il y ait réparation. »
Paris tique sur le montant de l’indemnisation exigé par le joueur et son conseil. « Ce qui permet peut-être d’expliquer qu’on ne se comprend pas, c’est que Peguy et son conseiller ont saisi le conseil des Prud’hommes, et là, on ne parle plus du tout des mêmes sommes. On parle de 6,4 millions d’euros. C’est beaucoup plus que son salaire. » Les deux parties paraissent encore loin d’un accord. Prochain rendez-vous : le 8 février en audience de conciliation aux Prud’hommes.