RMC Sport

Quel rôle pour le foot après le 13 novembre ? "On forme des individus avant des footballeurs"

Jamel Sandjak ici aux côtés de Raymond Domenech en 2010

Jamel Sandjak ici aux côtés de Raymond Domenech en 2010 - AFP

Après les attentats de Paris le 13 novembre, RMC Sport a lancé un grand débat sur le rôle que doit tenir le football. Ce vendredi, Jamel Sandjak, président de la Ligue de football de Paris, est revenu sur l’influence des clubs auprès des jeunes.

Jamel Sandjak, le rôle des clubs pour les jeunes semble aller bien au-delà du football…

Il y a deux millions de licenciés, la responsabilité est donc plus importante. Nous accueillons des enfants tous les jours. Il y a des matches tous les jours en Ile-de-France. On touche à la fois les clubs ruraux et les zones urbanisées. Il y a une modification du profil du licencié ces 20 dernières années. Aujourd’hui, certains arrivent de familles monoparentales ou ont des parents divorcés… Ils ne mettent pas leurs problèmes à l’entrée du stade. Quand on travaille avec ces jeunes, il est important d’avoir une réflexion sur la formation de l’individu, avant et pendant la formation du footballeur. Il n’est pas possible d’imaginer qu’on puisse former un footballeur sans accompagner ce jeune.

Mais on demande de plus en plus aux dirigeants. Ne trouvez-vous pas qu’on leur demande trop ?

C’est un problème de moyens. Leur rôle a été beaucoup plus élargi, mais on ne leur a pas donné les moyens nécessaires pour mettre en place les opérations d’accompagnement socio-éducatifs. On est dans la politique de la ville et plus dans « la jeunesse et les sports ».

Que deviendrait les jeunes sans le travail de tous les bénévoles ?

En tant que dirigeants du football, c’est à nous de pousser que nos clubs soient reconnus, non pas comme des clubs de sports qui accueillent des enfants pour faire de l’occupationnel, mais comme des vrais lieux qui sont aujourd’hui irremplaçables, où la mixité sociale et le vivre ensemble fonctionnent. Nous travaillons autre chose que de l’entraînement et de la compétition. On forme des individus avant des footballeurs.