RMC Sport

Rolland Courbis: "Stéphane Paille était un charmant garçon"

Rolland Courbis, qui a dirigé Stéphane Paille à Bordeaux en 1993-94, se souvient d'un joueur charmant et talentueux, et lui a rendu hommage au micro de BFM Sport. L'ancien international français s'est éteint ce mardi, à 52 ans, le jour de son anniversaire.

"C'était un charmant garçon avec qui j'ai de bons souvenirs, parce que j'ai eu le plaisir de l'entraîner à Bordeaux. Je n'étais même pas au courant qu'il pouvait avoir des problèmes. Cinquante-deux ans ans, ce n'est pas vieux du tout, et le jour de son anniversaire, c'est une coïncidence vraiment très bizarre. Je n'ai pas de mots à rajouter, si ce n'est les traditionnelles condoléances à toute la famille, et je suis aussi triste que surpris."

>> Stéphane Paille, ancien attaquant des Bleus, est décédé

"Ce que je retiendrai, c'est son championnat d'Europe (en 1988 avec les Espoirs, ndlr) avec l'équipe de France et son duo avec Cantona qui avait fait pas mal de dégâts. C'est un garçon qui dégageait une certaine joie de vivre. Assez renfermé au départ, mais il s'extériorisait rapidement et facilement dans un deuxième temps. J'ai le souvenir d'un coéquipier agréable et surtout d'un très bon joueur."

"J'ai rarement vu un joueur aussi content de rejoindre un club"

"On avait une relation traditionnelle de joueur à entraîneur. J'ai ma façon de communiquer, lui avait sa personnalité et son petit caractère. Quelques accrochages de temps en temps, mais je dirais des accrochages professionnels, qui n'étaient jamais graves. C'est un des joueurs les plus faciles que j'ai eu à gérer."

"Sa venue à Bordeaux, ce n'était pas évident, on cherchait un numéro 9, on avait deux-trois pistes. On avait Alain Afflelou qui sentait ce joueur comme un bon numéro 9 pivot, ce qui nous allait très très bien, et je me rappelle de la joie qu'a eu Stéphane quand il a été au courant qu'on avait pris notre décision. Lui, il avait déjà pris la sienne. Et j'ai rarement vu un joueur aussi content de rejoindre un club que ce qu'il avait été à cette époque-là."

R.C.