RMC Sport

Ronaldo, la saga d’un phénomène

Ronaldo

Ronaldo - -

De ses débuts à Cruzeiro jusqu’à sa fin de carrière aux Corinthians, le buteur brésilien, qui vient d’annoncer sa retraite, a tout connu : la gloire, les blessures et les trophées. Durant dix-huit ans, la star brésilienne a marqué l’histoire du football. A tout jamais.

La naissance d’un génie
Elevé à l’école du futsal, Ronaldo Luis Nazario de Lima débute sa carrière à Cruzeiro, au Brésil. Ses talents de finisseur et sa technique incroyable lui ouvrent rapidement les portes du Vieux Continent. Le prodige débarque au PSV Eindhoven à 17 ans. Dès sa première saison, il termine meilleur buteur du championnat néerlandais (30 buts). Après un deuxième exercice perturbé par une blessure au genou (déjà), Ronaldo rejoint Barcelone. Il devient rapidement l’idole du Camp Nou et fait trembler les filets à 34 reprises pour ses débuts en Liga. Face à Compostelle, il inscrit même l’un des plus beaux buts de l’histoire après une chevauchée supersonique. Il remporte également la Coupe des Coupes en marquant, sur penalty, l’unique but de la finale face au PSG (1-0). En désaccord avec certains de ses dirigeants, il signe à l’Inter Milan l’été suivant. Six mois plus tard, il reçoit son premier Ballon d’Or (1997) à 20 ans. Un record de précocité encore jamais battu. « Il Fenomeno » est né !

Blessures et rechutes
En 1998, Ronaldo débarque en France dans la peau du meilleur joueur de la planète. Après avoir été sacré champion du monde quatre ans plus tôt aux Etats-Unis sans disputer le moindre match, il compte bien rafler une deuxième étoile. Mais la bande à Zizou brise son rêve un soir de 12 juillet… Dans la foulée, le génie aux dents du bonheur est freiné par une série de blessures. Avant le début du calvaire le 21 novembre 1999. Ce soir-là, l’Inter affronte Lecce en Serie A. Sur une feinte à priori anodine, Ronaldo se bloque le pied dans la pelouse. Le diagnostic est sans appel : rupture partielle du tendon rotulien de la jambe droite. La star est opérée par la professeur Saillant à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Cinq mois plus tard, il fait son grand retour lors de la finale aller de la Coupe d’Italie face à la Lazio Rome. Sept minutes après son entrée en jeu, il s’écroule à nouveau en se tenant le genou droit, le visage déformé par la douleur. Ronaldo quitte le terrain en larmes. Cette fois, son tendon rotulien a lâché. Le voilà reparti pour de longs mois de galère. « Je reviendrai bien plus fort qu’avant. Je n’ai aucun doute là-dessus », lâche-t-il, béquilles en mains, à la sortie des urgences.

Le retour au sommet
Un an et demi après sa deuxième opération, le plus populaire des joueurs brésiliens retrouve la compétition. Avec quelques kilos en trop. En mars 2002, il réintègre la Seleçao. Malgré une campagne de qualification poussive, les joueurs de Luiz Felipe Scolari obtiennent leur billet pour le Mondial en Corée du Sud et au Japon. Etincelant durant la compétition, le n°9 auriverde, coiffé d’une improbable houppette, inscrit six buts, dont deux en finale face à l’Allemagne (2-0) et envoie son pays vers un cinquième sacre mondial. Quelques mois plus tard, il obtient un deuxième Ballon d’Or. Celui de la résurrection. Entre-temps, il a filé au Real Madrid. C’est l’époque des Galactiques. Entouré de Zidane, Figo, Beckham, Owen, Raul et Roberto Carlos, le natif de Rio s’éclate durant cinq saisons en Castille. Bien qu’il ne remporte pas énormément de trophées, il claque 104 buts en 177 matches avec les Merengue. En 2006, il profite du Mondial allemand pour dépasser Gerd Müller et devenir le meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du monde (15 buts). Son dernier coup d’éclat sous le maillot auriverde. En janvier 2007, il retrouve la Lombardie en signant au Milan AC.

Le début de la fin
Ses débuts sous le maillot Rouge et Noir sont plutôt encourageants. Mais en février 2008, Ronaldo se blesse à nouveau gravement. Au genou gauche cette fois. Pour beaucoup, c’est la fin de sa carrière à 31 ans. Mais la légende s’accroche et décide de rebondir dans son pays natal. Après s’être entraîné durant plusieurs semaines avec Flamengo, il rejoint les Corinthians de Sao Paulo début 2009. Son dernier défi. Malgré ses frasques nocturnes et ses problèmes de poids récurrents, « Il Fenomeno » retrouve des sensations sur le terrain. Au point de remporter le championnat national en 2009 et d’être désigné meilleur joueur de la compétition par les journalistes. Les supporters réclament son retour en sélection. En vain. Le 14 février 2011, il annonce la fin de sa carrière en raison de problèmes physiques. A 34 ans, Ronaldo a décidé de ranger ses crampons. Le football s’en souviendra.

Alexandre Jaquin