RMC Sport

Rothen : « Evra ? Sur le fond, je peux comprendre »

Jérôme Rothen

Jérôme Rothen - -

Libre après avoir résilié son contrat avec Caen, Jérôme Rothen (35 ans) a fait le point sur son avenir au micro de Luis Attaque sur RMC. L’ancien Parisien a aussi évoqué le cas dérapage de Patrice Evra, son ancien coéquipier à Monaco.

Un avenir incertain

« Je suis libre. Le plus important est de savoir ce que j’ai envie de faire. Jouer, oui. Mais quand on repart pour une nouvelle aventure, il faut faire des sacrifices. Mais est-ce que je suis prêt à les faire ? Je me laisse quelques jours pour bien penser à tout ça. Je suis en pleine période de réflexion parce que c’est un coup dur pour moi d’arrêter maintenant avec le Stade Malherbe de Caen. J’y suis allé pour le côté affectif, c’est mon club formateur. Je voulais aider ce club à retrouver le plus haut niveau. Je suis très ami avec le président Fortin et c’était un bon clin d’œil. Ça s’arrête à cause de problèmes en interne. Mais je ne suis pas là pour descendre l’entraîneur, Patrice Garande. Il a son opinion, j’ai la mienne. On a des divergences. Aujourd’hui, je suis clairement épanoui au poste de milieu relayeur. Je l’ai montré pendant deux ans à Bastia. Je vois un entraîneur demain. De toute façon, ça ne sera pas loin de Paris. Je réfléchis. S’il est temps d’arrêter, j’arrêterai… »

Le PSG sur un nuage

« C’est une équipe qui a trouvé son rythme de croisière. C’est assez impressionnant. Elle monte en puissance depuis le début de l’année. Quand tu fais autant de matchs avec autant de buts marqués et aussi peu de buts encaissés, ça veut dire que l’équipe va bien. L’équilibre est fantastique par rapport à son milieu de terrain. Ça marche tellement bien que Laurent Blanc continue de faire jouer Cavani sur le côté droit, même s’il se transforme en 2e attaquant et que sur certains matchs, cela ne se voit pas. Ibrahimovic et Cavani ont été décisifs ensemble. Ce sont deux attaquants différents. A Marseille (2-1), à dix contre onze, on a vraiment vu que c’était la victoire d’un collectif. Ils peuvent juste se voir trop beaux par moments. »

Le dérapage de Patrice Evra

« On s’est régalé, on a réalisé de grandes choses tous les deux. Forcément, ça crée des liens sur et en dehors du terrain. On est resté très proches. En France, on est dans un pays de jaloux donc on te monte vite très haut, mais on aime bien descendre les mecs et surtout avoir une tête de Turc. Patrice a fait des erreurs aussi : de communication, de management à Knysna. Mais il ne faut pas en tenir rigueur uniquement à lui. Derrière, il se sent blessé et cette cicatrice, il a du mal à la fermer. Tout simplement. C’est triste d’en arriver là parce que je pense que c’est quelqu’un qui peut être très attachant, qui est chambreur, qui vit bien dans un groupe. Aujourd’hui c’est compliqué car il fait reparler de lui médiatiquement. Sur le fond, je peux comprendre, mais sur la forme il y a des choses à corriger. L’essentiel, c’est qu’il soit bon sur le terrain. »

A lire aussi :

>> Rothen quitte Caen

>> En vidéo : Ce que Patrice Evra n'a pas dit dans Téléfoot

>> Le PSG et ses stars régalent

Luis Attaque