RMC Sport

Salaires en hausse, jackpot au Barça, à la Juve ou au PSG... Combien gagnent les footballeurs du Big 5?

Avec l'arrivée des fêtes de fin d'année, voilà l’occasion de faire un bilan de la première partie de saison, notamment au niveau économique. Quels sont les clubs qui présentent la plus grande masse salariale? Quels sont les championnats les mieux rémunérateurs? Et les plus inégalitaires? Tentatives de réponses.

Le site anglais d’analyse économique, Sporting Intelligence, a réalisé une importante étude sur les salaires moyens et la distribution au sein des cinq grands championnats européens, à savoir la Premier League, la Liga, la Serie A, la Bundesliga et la Ligue 1. Voilà ce qu'on peut en retenir d'intéressant.

La Ligue 1 archi-dominée par le PSG

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les salaires versés sont de plus en plus importants. En France, le salaire annuel moyen atteint 1,17 million d’euros, soit une augmentation de 4,9% par rapport à la saison dernière. Peu surprenant, c’est le Paris Saint-Germain qui domine ce classement économique avec un salaire moyen, au sein de son effectif, de 8,06 millions d’euros.

Son dauphin, l’AS Monaco, est à 2,56 millions d’euros, soit un écart de 5,5 millions entre le premier et le deuxième. Lyon et Marseille sont respectivement à 2 millions et 1,81 million d’euros. Quant à la lanterne rouge, Nîmes, la différence est extraordinaire puisque les Crocodiles montent à 269.000 euros par an en moyenne, soit 29 fois moins que les Parisiens.

La Premier League surpaye

Outre-Manche, en Premier League, le salaire moyen est de 3,58 millions d’euros, en hausse de 6,1% après la saison 2018-2019. C’est Manchester City qui se place en tête du classement, avec une rémunération moyenne annuelle de 7,88 millions d’euros, suivi par Manchester United, à 6,91 millions d’euros, et Liverpool, à 6,24 millions d’euros. La lanterne rouge, Sheffield United, est à 821.000 euros, 9,5 fois moins que Manchester City, mais 3 fois plus que le Nîmes Olympique.

Le Barça et le Real devant tous les autres en Espagne

De l’autre côté des Pyrénées, en Espagne, le salaire moyen grimpe à 2,29 millions d’euros, en hausse de 7,4% par rapport à la saison 2018-2019. C’est Barcelone qui se place en tête, avec une rémunération annuelle moyenne spectaculaire de 11,09 millions d’euros, jusqu’ici la plus élevée d’Europe, devant le Real Madrid, à 10,06 millions d’euros, et l’Atlético de Madrid, à 6,35 millions d’euros.

Le dernier, Osasuna, verse un salaire moyen 27 fois plus faible que le Barca, à 408.000 euros par an. Quasiment les mêmes écarts qu’entre le PSG et Nîmes en Ligue 1.

En Italie, la Juve reste en tête

Ensuite, en Italie, le salaire moyen est de 2,23 millions d’euros par an, il a connu une augmentation spectaculaire de 17,5% en une seule année. La Juventus domine le classement, avec une rémunération moyenne par an de 9,12 millions d’euros. Derrière, on retrouve l’AS Rome, à 4,05 millions d’euros, et l’Inter Milan, à 3,67 millions d’euros. La lanterne rouge, Brescia, émarge à 523.000 euros par an de moyenne, soit 17 fois moins que la Juventus.

L’Allemagne proche de la France

Enfin, en Allemagne, la rémunération moyenne est de 1,78 millions d’euros par an, un tout petit peu plus que la France, et elle a connu une hausse de 13,4% par rapport à la saison 2018-2019. Comme d’habitude, c’est le Bayern Munich qui est en tête des clubs les mieux payeurs, avec un salaire annuel moyen de 7,32 millions d’euros, devant le Borussia Dortmund, à 4,48 millions d’euros, et le Bayer Leverkusen, à 2,87 millions d’euros.

Le dernier, Paderborn, est à 301.000 euros par an en moyenne, soit un écart de 1 à 24 avec le Bayern Munich. Il sera maintenant intéressant et pertinent d’étudier les écarts entre les clubs et les championnats afin d’analyser les disparités salariales. A suivre…

Pierre Rondeau