RMC Sport

Davide Astori, le gamin de Milanello révélé sur le tard

Davide Astori est décédé ce dimanche à Udine à l’âge de 31 ans. Formé à l'AC Milan, le capitaine de la Fiorentina a éclos lentement mais était devenu l’un des meilleurs défenseurs centraux italiens.

C’est un drame qui a assommé tous ses coéquipiers de la Fiorentina. En lui souhaitant bonne nuit samedi à leur hôtel d’Udine, les joueurs de la Viola ne pouvaient imaginer une seconde qu’ils ne parleraient plus à leur capitaine Davide Astori. Ce dimanche matin, le défenseur italien ne s’est pas réveillé, victime d’un malaise cardiaque pendant la nuit selon le club de Florence. Si la rencontre de la 27e journée de Serie A contre Udinese a été reportée, l’important est ailleurs. Davide Astori n’est plus et tout le football transalpin pleure un grand bonhomme. 

Repéré par Milan, il n’y perce pas

Encore gamin et seulement âgé de 14 ans, Davide Astori rejoint le centre de formation de l'AC Milan après avoir débuté le football dans un club affilié, le Ponte San Pietro, deux ans plus tôt. Chez les Rossoneri, le jeune défenseur lombard y apprend son métier dans l’ombre des Maldini, Serginho et autres Costacurta. Mais il ne parvient pas à déloger ses illustres aînés et doit se contenter de jouer avec les équipes de jeunes et la réserve. En août 2006, il est prêté à l’AS Pizzighettone, club de Serie C, pour y gagner du temps de jeu. Pari réussi avec 25 apparitions et un but marqué pour le défenseur central. Un nouveau prêt plus tard, à Cremonese, et la Serie A s’intéresse à lui. Barré à Milan, Davide Astori quitte son cher Milanello pour la Sardaigne et Cagliari qui n’a pas hésité à miser près de 5 millions d’euros sur lui en 2008.

Cagliari, sa deuxième maison

Dans le petit club de Serie A où il joue le maintien, Davide Astori s’éclate et commence à se faire un nom en Italie. Dix matches de championnat la première année, 34 en 2009-2010. Le défenseur central s’impose comme un bon joueur de tête, solide au duel et propre à la relance. En six saisons passées en Sardaigne, Davide Astori y dispute 154 rencontres de Serie A (pour quatre buts). S’il prenait beaucoup de cartons au début de sa carrière (21 en 80 matches entre 2008 et 2011) il s’est ensuite adapté à l’élite (11 jaunes et deux rouges en 94 apparitions entre 2011 et 2014). Appelé en équipe d’Italie dès 2010, il offre une bonne solution de remplacement derrière le trio Barzagli-Bonucci-Chiellini. Sans surprise, il tape dans l’œil des grands clubs italiens et l’AS Rome obtient son prêt en lâchant deux millions d’euros pendant le mercato 2014.

Flop à la Roma, top à Florence

Mais son aventure dans la capitale italienne tourne court. Gêné par des problèmes musculaires, il ne parvient pas à s’y imposer et malgré un temps de jeu conséquent (30 matches et 2 524 minutes) quitte la Roma après une seule saison. La Fiorentina flaire le bon coup et décide de le relancer. Astori, passionné de voyages, relève ce nouveau défi. A Florence, il s’impose rapidement comme un cadre de l’effectif par sa qualité technique et son expérience de la Serie A.

>> Davide Astori, capitaine de la Fiorentina, est mort

>> Serie A: les matchs de la 27e journée reportés après le décès d’Astori

Mieux, il semble enfin disposé à se poser durablement dans un club de haut de tableau. La saison 2017-2018 devait être l’année de la consécration pour l’international italien aux 14 capes. Sur le plan personnel, il venait d’être père pour la première fois et Stefano Pioli, nouvel entraîneur du club italien, l'avait nommé capitaine. Son décès est finalement venu le faucher à son apogée, douze ans après ses débuts professionnels.

JGL