RMC Sport

Racisme: le président de Brescia s’explique pour sa phrase polémique sur Balotelli (et c'est pire)

Massimo Cellino, le président de Brescia, a estimé lundi soir que sa sortie polémique sur la couleur de peau de Mario Balotelli avait été instrumentalisée par la presse.

Exclu de l’entraînement en raison de son manque d’implication la semaine passée, Mario Balotelli n’a pas participé à la défaite de Brescia contre la Roma (3-0). L’attaquant italien est en grande difficulté dans le club de ses débuts et pourrait d’ailleurs partir cet hiver. Interrogé sur son cas à l’issue de l’assemblée de la Ligue nationale italienne, le président du club, Massimo Cellino a dérapé: "Qu'est-ce que je dois vous dire à propos de Balotelli? Qu'il est noir, qu'il essaye de s'éclaircir et qu'il a de grandes difficultés." Dans un contexte sensible où le racisme est toujours très prégnant en Italie, particulièrement à l'encontre de Balotelli, le sarcasme est mal passé. Le principal intéressé s’en est expliqué après qu’un communiqué du club de Brescia a tenté d’éteindre l’incendie.

Un choix "plus risqué que prévu"

"La sortie a été instrumentalisée. J’ai simplement essayé de minimiser son cas. Je fais des blagues à tous les joueurs", a expliqué Cellino à la chaîne de télévision locale Teletutto. Puis il s’est épanché sur la situation de l’attaquant, qu’il ne cherchera pas forcément à retenir. "Si je pouvais revenir en arrière, je demanderais à Balotelli s’il est vraiment convaincu de venir à Brescia. Le choix était plus risqué que prévu. De son côté comme du nôtre. Balotelli est plus fragile que nous ne le pensions", a-t-il déclaré avant d’ajouter: "Il a sous-estimé l’engagement qui aurait dû être le sien parce qu’il n’a pas l’habitude de se battre pour le maintien. Je ne jette pas l’éponge et je ne renvoie personne, mais pour ceux qui le souhaitent, la porte est ouverte."

QM