RMC Sport

Shevchenko : « L’Ukraine traverse une bonne période »

Andrei Shevchenko

Andrei Shevchenko - -

Invité de Luis Attaque sur RMC, Andrei Shevchenko, l’ancien attaquant de l’Ukraine, Ballon d’Or 2004, estime que son pays a ses chances face à la France en barrages de la Coupe du monde. Même s’il se méfie de la force de frappe des Bleus.

Andrei Shevchenko, comment allez-vous et que faites-vous actuellement ?

Je vais très bien. J’ai pour ambition de devenir entraîneur. Donc je passe actuellement mes diplômes en Ukraine. Pour l’instant, j’apprends et j’étudie. Je veux prendre mon temps parce qu’être joueur ou entraîneur, c’est totalement différent. Là, je suis rentré à Londres pour assumer mon rôle de père de famille. J’ai trois enfants. Tout va bien dans ma vie en ce moment.

Selon vous, qui sera favori entre la France et l'Ukraine pour les barrages de la Coupe du monde ?

Pour moi, il n’y a pas vraiment de favori. Ça se jouera sur deux matches qui seront très disputés. Je ne crois pas que la différence puisse être faite au bout d’un match. Les barrages sont des rencontres qu’il faut préparer minutieusement. Je pense que ce sera une confrontation très intéressante. Ce sera très ouvert. La France a une belle équipe. Et nous, l’Ukraine, avons une jeune formation en devenir. On traverse une bonne période.

Quelle a été la réaction des Ukrainiens à l'annonce du tirage au sort ?

Ici, on a vite pris conscience que la France était un adversaire très difficile. Par rapport aux équipes qu’on pouvait rencontrer, je crois que la France est la plus forte. Mais pour disputer un barrage, tous les adversaires sont compliqués.

Quelle sont les points forts de cette équipe d'Ukraine ?

Notre force principale, c’est le collectif et l’ambiance qui règne au sein de ce groupe. Quand le nouvel entraîneur est arrivé, personne n’envisageait qu’on puisse aller à la Coupe du monde. Hors, on n’en est plus très loin. La sélection est sur une très belle série de matches sans défaite. Concernant l’équipe en elle-même, notre point fort se situe au milieu de terrain et notamment sur les côtés, avec nos deux joueurs phares : Yarmolenko et Konoplyanka.

Andriy Yarmolenko peut-il être votre successeur ?

Il est fort mais il doit encore travailler. Il a des qualités, beaucoup de qualités, c’est indéniable. Maintenant, ça va dépendre de lui. C’est dans ce genre de matches qu’on va voir s’il répond présent. C’est dans ces moments-là que les joueurs grands joueurs font la différence, il va falloir qu’il se montre.

Vous aviez affronté les Bleus lors de l

Je crois que la France est toujours une bonne sélection. Elle peut avoir des hauts et des bas, mais il y a un réservoir de joueurs qui est quand même bien plus important que le nôtre. En ce moment, il y a des joueurs importants comme Ribéry et Benzema. Et même s’ils ne sont pas là, derrière, il y a des possibilités pour les remplacer. Ce n’est pas le cas en Ukraine.

Vous avez remporté le Ballon d'Or en 2004. Quel est votre favori cette année ?

C’est très difficile. Cristiano Ronaldo est impressionnant, il marque énormément de buts. D’un autre côté, Franck Ribéry a fait une grande saison en remportant la Ligue des champions. Je n’arrive pas à me prononcer. Les années précédentes étaient pour Lionel Messi, qui est un joueur incroyablement fort et qui me sidère à chaque fois. Mais cette année, je pense que ça se jouera plus entre Cristiano et Ribéry.

A lire aussi :

>> Valbuena : « Je n’imagine pas une élimination »

>> Djorkaeff : « La France doit passer »

>> Toute l'actualité du football

La rédaction