RMC Sport

Taverny à l’heure du foot et de l’amitié

-

- - -

Impulsée par Gazprom, la 2e édition de la journée internationale du football et de l’amitié a lieu ce samedi à Taverny (Val d’Oise). Des adolescents de 12 à 14 ans issus de 16 pays différents prendront part à un tournoi axé sur le respect.

A 47 jours de la Coupe du monde au Brésil, c’est une sorte de mini-Mondial qui va se tenir ce samedi à Taverny (Val d’Oise), à partir de 14 heures. Après une première édition couronnée de succès l’an passé, la journée internationale du football et de l’amitié a été reconduite. Et même revue à la hausse, puisque le nombre de participants a été doublé avec des adolescents de 12 à 14 ans issus cette fois-ci de 16 pays différents (France, Portugal, Royaume-Uni, Pologne, Allemagne, Italie,…) et qui prendront part à un tournoi de foot dont le mot d’ordre sera le respect.

Cette journée internationale du football et de l’amitié, on la doit à Gazprom, qui œuvre en faveur de la paix, l’amitié, l’égalité et le dévouement dans le sport. « La Ligue du football amateur salue cette formidable initiative européenne, se félicite Philippe Guilbault, représentant de la FFF. Elle rejoint notre souci à la fédération de mettre en lumière les valeurs humaines et le lien social que génère notre engagement associatif. »

Beckenbauer, ambassadeur de Gazprom

Lauréate du prix Philippe Séguin pour son engagement sur la problématique des licenciés en surcharge pondérale, l’équipe U13/U14 du Cosmopolitan Club de Taverny a été choisie par la Fédération Française de Football pour assister au Forum du football et de l’amitié à Lisbonne, du 23 au 25 mai prochain, dans la cadre de la finale de la Ligue des champions qui y sera disputée.

« Cela permet la reconnaissance de notre travail au travers de l’éducation par le sport », se réjouit Didier Baisnée, directeur sportif du club. Et cerise sur le gâteau, le légendaire Franz Beckenbauer animera un débat autour des valeurs prônées par Gazprom. De quoi revenir avec des étoiles dans les yeux. Et des rêves plein la tête.

La rédaction