RMC Sport

Ballon d'Or: comment l'OM et Sochaux ont raté le transfert de Modric

Sacré Ballon d'Or ce lundi soir, Luka Modric vient embellir une carrière déjà superbe, qui aurait pu passer par la France. Mais Sochaux, puis l'OM, n'ont pas réussi à le recruter lorsqu'il était jeune.

Hormis le PSG, aucun club français n'est aujourd'hui en mesure de se payer Luka Modric. Les clubs de Ligue 1 ont donc peut-être laissé passer leur chance avec le nouveau Ballon d'Or, qu'ils avaient repéré lorsqu'il était jeune et évoluait encore dans le championnat croate. Le talent du natif de Zadar avait tapé dans l'œil de Mecha Bazdarevic, alors recruteur pour Sochaux et "tombé amoureux" du meneur de jeu, dès 2003.

"Je l’ai tout de suite signalé à mes dirigeants, raconte l'actuel entraîneur du Paris FC dans les colonnes du Parisien. Mais il était déjà trop vieux pour venir au centre de formation. On s’est renseigné mais son club (le Dinamo Zagreb, ndlr) demandait 5 millions d’euros pour son transfert. C’était trop pour un club comme nous. Mais on l’avait repéré avant tout le monde."

Trop cher pour l'OM

Cinq ans plus tard, c'est au tour de l'OM de s'intéresser à Modric, qui joue encore au Dinamo Zagreb, via Josip Skoblar, son ancien buteur reconverti en recruteur. Mais les dirigeants marseillais ne donnent finalement pas suite, pour une raison expliquée par José Anigo, directeur sportif de l'époque, en 2011 à Foot Mercato.

"Il conviendrait de ne pas oublier que si cette transaction ne s’est pas faite, c’est en raison des demandes financières du Dinamo Zagreb qui étaient, en 2008, excessives et trop élevées pour nous, et sans fondement pour l’époque, alors que le joueur n’avait encore rien prouvé sur la scène européenne, soulignait Anigo. Aujourd’hui, il est facile d’évoquer cette non-venue au vu des récentes performances de Modric". A l'été 2008, c'est finalement Tottenham qui le recrutera pour un peu plus de 20 millions d'euros.

A lire aussi >> Quand Zidane expliquait à Modric qu’il pouvait remporter le Ballon d’or… dès 2016

Alexandre Alain Rédacteur