RMC Sport

De l'hôpital au Real, la belle ascension de Ferland Mendy

Sauf surprise, le latéral gauche de l'OL et des Bleus Ferland Mendy va s'engager sous peu avec le Real Madrid. Une belle récompense pour le défenseur de 23 ans, dont la carrière a failli être stoppée à l'adolescence.

Après Raphaël Varane et Karim Benzema, le Real Madrid va accueillir un nouvel international français dans ses rangs. Ferland Mendy, latéral gauche de l’OL et des Bleus, devrait s’engager dans les prochaines heures avec le géant espagnol. Si Lyon et les Merengue négocient encore les derniers détails financiers de l’opération (qui devrait avoisiner les 50 millions d’euros), le défenseur a passé ce mercredi sa visite médicale depuis Clairefontaine.

A 23 ans (bientôt 24), Mendy va donc changer de dimension, et pénétrer dans l’un des vestiaires les plus prestigieux d’Europe. Pour le gamin d’Ecquevilly, dans les Yvelines, ce n’était pourtant pas gagné… Le défenseur est de ceux dont le parcours n’a pas été linéaire, de ceux qui ont dû galérer avant de toucher les sommets.

"Les médecins me disaient que le foot, c'était fini"

Pour lui, la bataille commence dès l’adolescence. En 2009, Mendy a 14 ans, il évolue dans les équipes de jeunes du PSG depuis cinq saisons, et commence à regarder vers les catégories supérieures avec appétit. Mais il subit un terrible coup d’arrêt. "J’ai eu une infection de la hanche, une arthrite qui m’a éloigné des terrains pendant sept mois, expliquait-il sur le plateau du Vestiaire (RMC Sport) en décembre 2016. J’ai dû passer deux ou trois mois à l’hôpital, les médecins me disaient que le foot, c’était fini pour moi, ils me parlaient même d’amputation. Ce sont des choses qui m’ont marquées… Après je suis allé en rééducation, j’étais en fauteuil roulant donc j’ai réappris à marcher dans un premier temps. Quand j’ai ensuite repris le foot, j’étais zéro, je n’avais plus du tout de jus dans les jambes."

Et si le PSG lui permet de revenir, le club de la capitale ne fait pas non plus dans le social. "Au PSG, ils ont été chouettes avec moi. Après un an sans jouer à cause de ma blessure, ils m’ont dit de revenir alors que je ne savais plus jouer au foot, déclarait-il en janvier à France Football. Je suis resté un an de plus. Ils m’avaient dit qu’ils allaient peut-être me faire signer, mais finalement ils ont pris trop de temps. Donc… ciao."

2016-2017, le tournant en Ligue 2

Alors que son camarade Presnel Kimpembe poursuit sur la voie royale, lui emprunte une route secondaire. Une route qui passe par Mantes-la-Jolie (2012-2013), et qui lui permet d’être repéré par Le Havre, comme son homonyme, Benjamin, avant lui. En Normandie, le latéral se réconcilie avec les exigences du monde pro, et fait ses classes avec la réserve. Mais ce n’est qu’au bout de deux ans, en avril 2015, qu’il fait sa première apparition en Ligue 2. Juste avant de souffler ses 20 bougies. En 2015-2016, il dispute onze rencontres de plus avec les pros.

Et puis, tout s’accélère, enfin, en 2016-2017. Devenu titulaire au Havre, Ferland Mendy fait une saison pleine, et se voit nommé dans l’équipe-type de l’exercice en L2. En juin, l’OL jette son dévolu sur lui et le recrute pour 5 millions d’euros. Une aubaine, au vu de son intégration express. Très vite dans les petits papiers de Bruno Genesio, le latéral explose, séduit les supporters, ses paires (il est cette fois élu dans l’équipe-type de L1 aux trophées UNFP dès sa première saison dans l’élite) et… le sélectionneur. En novembre 2018, Mendy, qui n’a jamais connu les équipes de France de jeunes à cause de son parcours cabossé, vit sa première sélection avec les Bleus. L’étape suivante était de rejoindre un très grand d’Europe. La prochaine sera de s’y imposer.

CC