RMC Sport

Fair-play financier : le PSG va savoir

-

- - AFP

L’UEFA débat ce lundi à Prague du fair-play financier et d’éventuels aménagements à y apporter. Dès ce soir, le PSG saura avec quelle cagnotte il pourra lancer ses emplettes estivales.

Le comité exécutif de l'UEFA débutera à 14h ce lundi, à l'hôtel Mandarin Oriental de Prague. Le point principal inscrit à l'ordre du jour concerne le fair-play financier et les aménagements éventuels à y apporter. Si le CE ne se terminera que mardi midi, c'est bien aujourd'hui que les discussions concernant la mesure instaurée par Michel Platini auront lieu dans le très chic hôtel de Prague.

Si Gianni Infantino, secrétaire général de l’UEFA, donnera une conférence de presse mardi dans la capitale tchèque, l’instance dévoilera ses décisions dès ce soir. 

Une enveloppe actuelle de 48 M€

Le Paris Saint-Germain, qui convoite notamment les milieux de terrain Arda Turan (Atlético Madrid) et Angel Di Maria (Manchester United), saura donc alors quelles ambitions il pourra réellement nourrir pour ce mercato estival.

Le triple champion de France en titre espère voir son enveloppe, initialement restreinte à 60 millions d’euros, s’étoffer un peu. D’autant que l’option d’achat levée pour Serge Aurier a déjà amputé le club de la capitale de 12 millions.

Sanctionné jusqu'en 2019 ?

Si la formation parisienne était finalement "exclue" de cet assouplissement, elle serait alors contrainte d'être encadrée financièrement jusqu'en 2019.

Le PSG deviendrait alors la seule grosse écurie européenne entravée dans ses aspirations sur le marché des transferts.

L’UEFA s’oppose à la justice belge

Par ailleurs, la semaine dernière la justice belge avait suspendu provisoirement l’application de la deuxième phase du fair-play financier qui prévoyait de faire passer de 45 à 30 millions d’euros le déficit autorisé des clubs. Cependant l’UEFA avait très vite annoncé qu’elle ferait appel de la décision du tribunal belge, un appel qui suspend cette décision de justice. L’institution européenne a effectivement fait appel ce lundi, et pourra donc mettre en place la deuxième phase du fair-play financier.

« Nous regrettons que l’UEFA ait fait le choix de ne pas exécuter volontairement la décision du premier juge (une telle exécution spontanée étant pourtant tout à fait habituelle). A ce stade, ce que ce juge a décidé, après examen de milliers de pages de conclusions et documents et après deux jours d’audience, est ‘’le Droit’’. Ce refus de la légalité est d’autant plus dommage qu’il s’inscrit dans le contexte actuel de la crise existentielle des fédérations internationales. En agissant de la sorte, l’UEFA a donc raté une occasion de se grandir et de se démarquer du ‘’style FIFA’’. On aurait espéré un peu plus de fair-play… », ont expliqué les avocats Me Jean-Louis Dupont et Me Martin Hissel dans un communiqué de presse. Ces avocats représentent l’agent de joueur Daniel Striani ainsi qu’un groupement de supporters du PSG et de Manchester City.

la rédaction avec AA à Prague