RMC Sport

Juventus: pourquoi l’arrivée probable de Sarri ne plait pas aux supporters

Tout proche de rejoindre la Juventus, Maurizio Sarri (60 ans) divise les supporters. Le coach de Chelsea, passé par Naples, ne fait pas l'unanimité en raison de ses idées anti-système et d'un geste d'humeur qu'il avait eu en 2018.

Malgré les échos insistants de la presse, Maurizio Sarri n'est pas encore l'entraîneur de la Juventus. Tout juste vainqueur de la Ligue Europa, le coach de 60 ans est toujours sous contrat à Chelsea. Un accord de principe aurait été trouvé, mais l'indemnisation réclamée par Chelsea pour rompre le contrat, et ensuite dédommager Derby pour récupérer Frank Lampard, semble ralentir le dossier. De quoi faire espérer un échec de dernière minute à bon nombre de fans? Car ils sont nombreux à être plutôt hostiles à l'arrivée du Napolitain.

Ils voulaient Guardiola

Les raisons expliquant les réticences sont nombreuses. Elles tiennent d'abord au fait que Maurizio Sarri n'était pas le premier choix de la Juventus, aussi bien pour les supporters que les dirigeants. Tous rêvaient de Pep Guardiola. Une offre a même été transmise, mais le coach espagnol a fait publiquement savoir qu'il ne comptait pas se libérer de son contrat à Manchester City.

Aussi, Maurizio Sarri est considéré par les supporters italiens comme un loser. Durant ses trois saisons à Naples, il ne gagne aucun titre et finit vice-champion de Serie A en 2016 et 2018... derrière la Juve. Sa capacité à gérer des stars telles que Cristiano Ronaldo est aussi remise en question, compte tenu de ses relations fraîches à Chelsea avec Eden Hazard et David Luiz.

L'affaire du doigt d'honneur

Mais c'est surtout le personnage en lui-même qui semble cliver. Il est considéré comme un entraîneur anti-système, n'hésitant pas à assimiler la Juventus comme un club apparenté à l'élite du football italien. Cette façon de penser lui vaudra d'ailleurs les surnoms de "Che Guevara" et de "Commandante". 

Surtout, un gros contentieux existe entre Maurizio Sarri et les supporters. Avant un match l'opposant à la Juve, alors qu'il était aux commandes de Naples, il avait adressé un doigt d'honneur aux fans adverses lors de son arrivée au stade. Un geste qui n'a pas manifestement pas encore été digéré.

JA avec Simone Rovera