RMC Sport

Mercato - Djilobodji : "Je ne me vois pas rester à Nantes"

Papy Djilobodji

Papy Djilobodji - AFP

En fin de contrat en 2016, le défenseur du FC Nantes Papy Djilobodji veut rejoindre le club espagnol du Celta Vigo. Mais le transfert n’est pas encore conclu et l’attitude du Canari a été sévèrement critiquée par son président Waldemar Kita. Contacté ce jeudi par RMC Sport, il répond.

Papy Djilobodji, comment réagissez-vous aux critiques de votre président Waldemar Kita qui déclare notamment que vous faites du chantage au club…

Je ne laisse pas le club dans la m… Je suis resté l’année dernière car le club ne pouvait pas recruter. Du coup, je me suis sacrifié alors que j’avais des clubs. Durant le mercato, l’été dernier, je n’ai emmerdé personne. Cela fait 5-6 ans que je suis au club, je n’ai jamais eu de problème avec personne. Tout se passe très bien jusqu’à présent. Le président sort des trucs. Je suis ne suis pas d’accord avec ça. Il y a un club qui me veut. Ils ont mis de l’argent. Il me reste un an de contrat. S’ils voulaient de l’argent, c’est l’année dernière (qu’il fallait vendre), pas cette année.

Le club en question, c’est le Celta Vigo ?

Oui, on essaie de trouver un accord entre les deux clubs.

Waldemar Kita a dit qu’il était prêt à ne pas vous laisser partir et même à vous écarter toute la saison…

Déjà, je ne me vois pas rester. J’espère qu’ils vont trouver un accord et que je partirai en bon termes avec le club. Tout se passait très bien jusqu’à présent, ce n’est pas maintenant qu’il va y avoir des problèmes.

Avez-vous eu une discussion avec Waldemar Kita ?

Non, j’ai eu une discussion avec son fils, Franck. On essaye de gérer les choses tranquillement.

On imagine que les paroles de Waldemar Kita ont dû vous faire mal….

Ça fait mal, c’est normal. Tout ce qu’il a dit, ce n’est pas moi. Je ne suis pas un mauvais mec. Je me suis toujours sacrifié pour le club. Même quand j’étais blessé, je jouais car je sais que le club compte sur moi. J’ai tout fait pour le club. Il peut dire que le club m’a appris à jouer au football ou des choses comme ça… Si je ne savais pas jouer au football, je ne serai pas ici aujourd’hui.

Votre désir est donc de quitter le FCN en bons termes…

Oui, je veux que tout se passe bien pour moi et pour le club. Pour le moment, ce n’est pas un bras un fer. On essaie de trouver un accord le plus sereinement possible.

Avez-vous d’autres pistes que le Celta Vigo ?

Le Celta Vigo est là et a mis un papier sur la table. Si tout se passe bien, j’espère signer là-bas.

Aurélien Brossier Rédacteur