RMC Sport

Mercato: "Il y a eu un manque de respect du PSG", déplore Sirigu

Salvatore Sirigu

Salvatore Sirigu - AFP

Arrivé au PSG en 2011, Salvatore Sirigu a définitivement quitté le club de la capitale cet été. Un départ qui s'est effectué dans de mauvaises conditions selon le nouveau gardien du Torino, très remonté contre certains dirigeants, comme il l'a confié dans L'Equipe.

Salvatore Sirigu l'a très mauvaise. Récemment libéré de son contrat avec le PSG, le gardien italien s'est engagé avec le Torino. Mais il ne digère pas la fin de son aventure parisienne, comme il l'a confié dans les colonnes de L'Equipe. "Je suis affecté de m'en aller ainsi, ce n'est pas mon choix. Comme je l'ai déjà dit aux dirigeants: ''si vous voulez que je reste même pour dépanner ok, j'ai encore un an de contrat. Sinon, on trouve une solution, au moins on se parle, c'est important''. Mais les choses n'ont pas été claires. On a appelé mon agent pour lui dire que je devais dégager, sans plus de discussions."

A lire aussi >> Motta revient au PSG, mais pour quoi faire?

"Il y a juste eu un manque de respect du PSG. C'est la façon dont cela s'est passé qui me gêne et me chagrine. Je ne demandais rien de spécial, seulement que l'on me respecte. Il ne s'agit même pas de savoir si c'est juste ou injuste, mais certaines personnes se sont mal comportées avec moi. Les personnes sont parties mais je ne veux pas citer de noms. Je ne veux pas polémiquer mais chacun doit prendre des décisions et assumer ses responsabilités. C'est comme dans la vie, quand on quitte quelqu'un, il faut être juste. Surtout avec quelqu'un présent depuis cinq ans, six même avec la saison passée où j'ai été prêté. Cela m'a un peu déçu."

"J’aurais aimé que ce soit quelqu’un d’autre qu’Antero Henrique, qui ne m’a pas connu au PSG, qui me le dise"

"J’ai toujours fermé ma gueule. Pour me dire que je devais quitter le club après six ans, j’aurais aimé que ce soit quelqu’un d’autre qu’Antero Henrique (le nouveau directeur sportif, ndlr), qui ne m’a pas connu au PSG, qui me le dise. Quelqu’un avec qui j’ai partagé des choses. (...) Peu importe que Trapp soit arrivé en 2015, c’est la manière qui n’est pas bonne encore une fois. On m’a mis dehors. S’il y avait eu un problème, il fallait me le dire et je serais parti de moi-même. Là, au contraire, on m’a répété que j’étais le gardien titulaire et qu’il n’y avait pas de problème. C’est dur à accepter."

>> Le live mercato

VIDEO: Avec Maxwell et Thiago Motta, le PSG soigne son identité

Alexandre Alain Rédacteur