RMC Sport

Mercato: Kolo Muani, qui rêve de Bundesliga, quittera Nantes cet été

En fin de contrat en juin 2022, Randal Kolo Muani ne prolongera pas avec Nantes. L’attaquant pourrait s’envoler en fin de saison pour la Bundesliga, un championnat qui l’attire.

"Je le dis haut et fort, je suis heureux d’être ici." Quand on l’interroge sur son non-départ de cet été, l’attaquant du FC Nantes, Randal Kolo Muani (23 ans en décembre), préfère prendre les devants et couper court à toute éventuelle polémique. "Je suis très bien à Nantes", insiste celui qui avait inscrit neuf buts en L1 pour sa première saison complète en L1. Tellement bien qu’il a éclaboussé de son talent le match Angers-Nantes (1-4), le 19 septembre, en provoquant un penalty (transformé par Ludovic Blas), en marquant un but de grande classe et en offrant un pion sur un plateau en or massif à Ludovic Blas.

Au sortir de la rencontre, dans les coursives du stade Raymond Kopa, le président Waldemar Kita en a profité pour confier à son jeune attaquant, pur produit de la Jonelière, vouloir reprendre contact avec son entourage et renouer un lien rompu depuis bien longtemps. Mais surtout tenter de le convaincre de prolonger un contrat dont le bail s’achève en juin prochain…

En janvier, soit dans moins de six mois, Randal Kolo Muani, dont certains observateurs estiment sa valeur marchande bien au-delà de 15 millions, pourra se mettre d’accord avec un autre club pour l’été prochain. Et c’est ce qu’il va se produire. Au FCN, beaucoup savent que ce dossier ne connaîtra pas de rebondissements. La direction serait même quasiment résignée. Randal Kolo Muani, arrivé à la Jonelière en 2015, quittera Nantes l’été prochain sans que son club ne touche un centime.

Pas d’entente salariale

"Oui, c’est mon club formateur, ça me touche un peu…", a-t-il avoué à RMC Sport lorsqu’on l’a interrogé à ce sujet avant de lâcher pour étouffer une quelconque controverse : "Après, peut-être que je vais resigner avec Nantes…" Cela ne sera pas le cas. "Même si la direction lui donnait 300.000 euros par mois, il ne signerait pas…", confesse un proche du dossier.

Mais Randal Kolo Muani, qui touche aujourd’hui 15.000 euros mensuels, a-t-il vraiment envisagé un jour de prolonger son contrat à Nantes? "Ce dossier est mort-né", nous confie-t-on en interne. En réalité, les deux parties n’ont jamais vraiment réussi à enclencher de vraies discussions et négociations. La direction du FCN reprocherait au clan Kolo Muani d’avoir été d'emblée trop gourmand sur le plan financier (salaire réclamé à six chiffres + une prime à la prolongation) alors que le clan Kolo Muani accuserait la direction nantaise d’avoir failli à nouveau se délester du joueur à son retour de prêt de Boulogne-sur-Mer en 2020… avant de se raviser et qu’il n’explose en Ligue 1, et d’avoir fait une première offre salariale au rabais pour un jeune aussi talentueux.

Kolo Muani veut découvrir la Bundesliga

Cet été, le joueur aurait refusé une offre de Watford, où Mogi Bayat, agent belge et directeur sportif officieux du FCN, a ses entrées. Southampton lui aurait aussi fait les yeux doux. Tout comme Lyon. L’entourage de Kolo Muani a même rencontré Juninho, le directeur sportif, et Vincent Ponsot, le directeur général du football, mais aucune offre ne serait finalement arrivée sur le bureau de la direction du FCN. Un intérêt que le joueur n’a pas démenti à RMC Sport : "Pourquoi pas Lyon ? J'ai tout simplement préféré rester à Nantes... J'étais en confiance, je voulais entamer une deuxième saison de L1 dans un club où je pourrai jouer. A Lyon, il y a beaucoup de joueurs, c’est une équipe qui joue l'Europe et a un gros effectif."

L’attaquant nantais a surtout une folle envie de découvrir le championnat allemand. Cela tombe bien, Francfort et un autre club de Bundesliga seraient aux aguets. Le premier a déjà dégainé une offre (5 millions d’euros) il y a plusieurs mois, jugée insuffisante par la direction du FCN, et serait revenu à la charge à quelques jours de la fin du mercato estival avec une proposition encore plus basse. La direction du FCN s’est donc résolue à garder son attaquant en sachant pertinemment qu’il partira libre en fin de saison. En attendant, en juin, Kolo Muani viendra gonfler la liste déjà replète de joueurs formés au club et partis sans aucune indemnité (Dubois, Trebel, Mendy etc.).

David Phelippeau