RMC Sport

Mercato: pourquoi le PSG s’intéresse-t-il aussi à de Ligt?

En lice pour tenter de recruter le jeune prodige néerlandais Frenkie de Jong, le PSG est également intéressé par son coéquipier de l’Ajax Amsterdam, Mattijs de Ligt. Un double dossier en vue de l'été 2019.

Parce qu’il est proche de De Jong

Il est même très proche. Les deux internationaux néerlandais Frenkie de Jong et Mattijs de Ligt sont amis d’enfance et sont même jugés inséparables. La preuve? Leur volonté commune de continuer à progresser vers les sommets ensemble. Une volonté relayée par la presse espagnole, qui affirme depuis des semaines que les deux pépites de l’Ajax Amsterdam sont prêtes à partir… mais dans le même club, dans le cas où le club néerlandais serait décidé à les vendre. Ce qui expliquerait la volonté du PSG de gérer les deux dossiers et donc, de jeter aussi son dévolu sur Mattijs de Ligt alors que la venue de Frenkie de Jong, vu les soucis du club parisien au milieu de terrain, semblait plus prioritaire aux premiers abords.

Parce qu’il a un talent certain

Mattijs de Ligt a 19 ans et l’avenir devant lui. Cela ne l’empêche pas, déjà, de retenir l’attention de l’ensemble des observateurs. Et de glaner ses premiers trophées. Preuve en a été il y a quelques jours, en décembre dernier, avec l’attribution en sa faveur du Golden Boy 2018, prix récompensant le meilleur joueur de moins de 21 ans évoluant en Europe. Si Mattijs de Ligt a obtenu ce prix, ce n’est pas pour rien. Celui qui est déjà un cadre en club est en train de s’affirmer avec force et autorité en sélection.

Précis dans sa relance, technique, fort dans l’anticipation, puissant et avec du leadership, un attribut qui lui a permis de porter le brassard de capitaine en club: voilà les qualités du joueur néerlandais. Celui qui a débuté à 17 ans et 225 jours avec les Oranje compte 13 sélections aujourd’hui et forme la charnière titulaire aux côtés du géant Virgil van Dijk. De Ligt a peut-être fini de convaincre les dirigeants parisiens le 16 novembre dernier, lors du choc de Ligue des Nations face à la France, remportée par les Pays-Bas… et durant lequel l’intéressé avait muselé Kylian Mbappé. Son futur coéquipier?

Parce que les plus grands clubs sont sur lui

Si le PSG se presse autant sur le dossier, c’est aussi pour doubler la concurrence sur deux des plus grands talents actuels du continent européen. Une opération qui n’est pas sans rappeler finalement celle amorcée il y a un an et demi, avec l’arrivée conjointe de Neymar et Kylian Mbappé. Manchester City, toujours aussi friand de défenseurs centraux (six sous contrat actuellement au club), le FC Barcelone, qui veut assurer ses arrières à la suite des récents pépins physiques de Samuel Umtiti ou encore la Juventus de Turin font partie de ces courtisans en mesure de concurrencer le PSG, aussi bien sur le plan financier que dans le domaine du pur projet sportif. Finaliser un tel joueur (avec De Jong), au nez et à la barbe des autres grands, assurerait encore un peu plus le poids du club de la capitale sur l’échiquier mondial. Et donnerait un nouvel élan à sa politique.

Parce qu’il faut prévoir la succession de Thiago Silva

Sa première partie de saison l’a encore démontré: que ce soit sur le sol français ou en Ligue des champions (excepté ce penalty concédé à Naples), Thiago Silva fait (toujours) partie des meilleurs défenseurs du continent. Mais à 34 ans, l’international brésilien, tôt ou tard, devra céder sa place, alors que Thilo Kehrer pousse fort depuis plusieurs mois et que Presnel Kimpembe va vouloir prendre encore plus de place au sein de son club formateur. Sans oublier Marquinhos, qui a déjà porté à plusieurs reprises le brassard de capitaine du PSG et qui serait le premier désigné pour reprendre le flambeau derrière Thiago Silva.

L’éventuelle arrivée de Mattijs de Ligt à l'été 2019 pourrait donc être une façon de préparer l’après "O Monstro", mais aussi de conserver quatre défenseurs de haut niveau, internationaux évidemment, condition sine qua none pour la bonne tenue de la défense à trois imposée cette saison par Thomas Tuchel.