RMC Sport

Mercato: Under en forme, Dieng sur le départ, Moffi pisté… Comment les plans de l'OM ont évolué en attaque

Après l'arrivée de Ruslan Malinovskyi et l'échec de la piste Leandro Trossard, l'OM ne veut plus absolument recruter de milieu offensif cet hiver, et s'est plutôt mis en tête de recruter un attaquant. Le club phocéen, qui est intéressé par le profil du Lorientais Terem Moffi, pourrait mettre Bamba Dieng dans la balance.

Les plans de l’OM évoluent en attaque. Les dirigeants marseillais, qui recherchaient un profil similaire à celui d’Amine Harit pour faire face à sa longue période d’indisponibilité, ne veulent pas se mettre de pression pour recruter au poste de milieu offensif. Leur priorité était Leandro Trossard, qui a finalement signé à Arsenal… et désormais l’OM ne souhaite pas recruter à n’importe quel prix et n’importe quel joueur dans ce secteur de jeu.

Les performances d’un homme ont notamment fait réfléchir la direction de l’OM : celles de Cengiz Under. L’ailier turc, très en forme depuis la reprise du championnat après la Coupe du monde, a parfaitement dépanné, voire brillé au poste de piston droit. Le retour de Jonathan Clauss permettra à l’ancien joueur de la Roma de redevenir une arme de percussion très intéressante en soutien de l’attaquant de pointe. Dans le système d’Igor Tudor, les deux postes de milieux offensifs sont donc plutôt bien fournis, avec Ruslan Malinovskyi, Matteo Guendouzi, Dimitri Payet et donc Under.

Un chassé-croisé entre Dieng et Moffi ?

Ces derniers jours, l’OM s’est donc mis en tête de recruter plutôt au poste d’attaquant, malgré la difficulté de recruter un buteur au mois de janvier. C’était d’ailleurs l’idée première des dirigeants et le souhait de leur entraîneur, pour offrir une alternative intéressante derrière Alexis Sanchez, et pourquoi pas permettre aussi au Chilien d’évoluer en soutien de l’attaquant, ce qui offrirait encore plus d’options à Tudor dans le secteur offensif.

Cette perspective met en lumière la situation très incertaine de Bamba Dieng, à Marseille. L’OM ne comptait pas sur lui l’été dernier, puis s’était mis en tête d’éventuellement le prolonger, satisfait de son implication. Les dernières semaines et surtout sa récente entrée en jeu contre Rennes, marquée par un certain manque de volonté aux yeux de l’entraîneur, ont changé la donne. Et l’OM n’a pas une véritable confiance en l'international sénégalais.

Du côté du joueur, la version est différente. Bamba Dieng regrette que le club ne lui ait pas plus donné sa chance, et a la sensation de ne devoir se contenter que de quelques minutes. Il s’attendait à avoir plus de temps de jeu après le départ de Luis Suarez. Ce malaise a pesé sur ses performances et serait la raison principale de son entrée décevante en Coupe de France vendredi dernier. Les deux parties, qui avaient pourtant prévu de se voir pour évoquer une prolongation de contrat, ne sont pas sur la même longueur d’onde et une séparation devient probable avant fin janvier.

La solution pourrait passer par Lorient. Les Merlus, qui suivent le joueur de près depuis cet été, sont très intéressés et Dieng serait même d’accord avec le club breton pour y signer dès cet hiver. Dans le même temps, l’OM apprécie le profil de Terem Moffi et est effectivement entré en contact avec Lorient, comme révélé par L’Equipe. Inclure Dieng dans la transaction pourrait permettre à Marseille de se montrer persuasif. C’est une solution envisagée par l’OM. Mais Lorient, qui réclamerait minimum 25 millions pour son attaquant, a plusieurs prétendants et la partie s’annonce serrée pour les dirigeants olympiens.

Tout pourrait s’accélérer et c’est surtout Moffi, très convoité, qui a les clés et qui devra choisir le club qui l’intéresse le plus. Selon nos informations, l’OM et l’entourage de Bamba Dieng ont déjà eu un échange pour évoquer la possibilité d’un départ de Dieng à Lorient, dans le cadre d’un éventuel transfert de Moffi à Marseille. Dieng veut avoir du temps de jeu et retrouver le plaisir d’évoluer dans un club qui compte sur lui. Le challenge lorientais l’attire.

Florent Germain