RMC Sport

Violences dans le sport: le contrôle d'honorabilité des bénévoles systématisé en février

La ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu, a annoncé la mise en place du contrôle d'honorabilité des bénévoles dans le sport dès le début du mois de février.

Au surlendemain de la journée internationale du sport féminin, Roxana Maracineanu a tenu un discours sur la cause des femmes dans le sport, pour la libération de la parole et la prévention contre toutes formes de violences. Une prise de parole qui s’inscrit dans le grand mouvement de libération de la parole des femmes victimes de violences sexuelles.

Un fléau contre lequel le milieu du sport n’est pas épargné, éclaboussé qu'il a été par tant d'affaires depuis plusieurs mois. La ministre déléguée chargée des Sports s’exprimait ce mardi après-midi dans le cadre de la signature de la convention entre l’INSEP et Fight For Dignity, une association qui aide les femmes victimes de violences à se reconstruire par le sport.

Une procédure généralisée dès le mois de février

"C’est une thématique que j’ai choisi de prendre à bras le corps, la protection du public, des femmes. On veut porter ce sujet au niveau français, mais aussi plus loin, au niveau européen, et ainsi continuer sur la même lignée que Monsieur le Président Emmanuel Macron, qui a pour but de libérer la parole dans l’ensemble de notre société", a exposé la ministre.

"Parfois les victimes de violence n’ont pas été entendues, écoutées. Nous avons décidé de traiter chaque agression, qu’elles soient lointaines ou non. Depuis 2019, près de 400 cas sont traités par des enquêtes administratives avec un signalement à la justice quand il le faut", a-t-elle ajouté.

Parmi les mesures annoncées par Roxana Maracineanu, pour prévenir les violences, en particulier sexuelles, la mise en place du contrôle de l'honorabilité des bénévoles dès le mois de février, de manière à concrétiser cette volonté affichée depuis près d’un an, de généraliser un système déjà en vigueur pour les éducateurs sportifs professionnels.

Le tout, en s'appuyant sur une expérimentation lancée depuis octobre 2019 avec la Ligue du Centre-Val de Loire de football. Pour les entraîneurs salariés, les conditions d’exercice sont examinées par la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations lors du renouvellement de leur carte professionnelle.

Ils font alors l’objet de contrôles annuels par une consultation automatisée du bulletin n° 2 du casier judiciaire et du Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV). Les bénévoles ne disposant pas de carte professionnelle, l’obligation légale de contrôler leur situation n’était pas systématique. "Deux millions de bénévoles seront recensés via la plateforme. "Les fédérations ont mis leurs fichiers de licenciés en conformité depuis l’été 2020 pour permettre d’identifier les éducateurs bénévoles et permettre le croisement", a expliqué Roxana Maracineanu.

QM avec SG