RMC Sport

Dubuisson, une pépite très secrète

Victor Dubuisson vainqueur du Turkish Open

Victor Dubuisson vainqueur du Turkish Open - -

A seulement 23 ans, Victor Dubuisson a ouvert son palmarès ce dimanche sur le tour européen en remportant le Turkish Open. Le Français, à la personnalité réservée, a le talent pour devenir la tête d’affiche du golf tricolore.

Une future star ? Ça ne l’arrangerait pas vraiment… Victor Dubuisson pourra peut-être demander quelques conseils à Tiger Woods, bien placé pour expliquer comment gérer la pression médiatique. Le Français a sans doute épaté l’Américain (3e) ce week-end à Antalya, avec sa première victoire sur le tour européen à seulement 23 ans (plus gros gain sur un tournoi pour un Bleu avec 800 000 euros). Le neveu d’Hervé, légende du basket tricolore, en profite pour faire son entrée dans les 40 meilleurs joueurs du monde. Jamais un golfeur hexagonal n’y était parvenu. La France découvre donc un peu mieux ce talent qui ne demandait qu’à exploser.

« C’est beau, il a réussi une très belle performance, analyse Grégory Bourdy, quatre fois vainqueur sur le tour européen. C’est bien pour lui, pour le golf français. Et c’est encourageant pour la suite. Ça ouvre pas mal de portes pour jouer tous les plus grands tournois du monde. Et plus on en joue, plus on a de chances d’y rester. Il termine la saison en trombe. » Juste le début d’une grande carrière pour Victor Dubuisson ? « C’est difficile de faire des calculs dans le golf, tempère Bourdy. On a vu tellement de surprises, dans le bon ou le mauvais sens. C’est à lui de continuer sur cette lancée. »

« Il a peur du jugement »

« Ce qui est important, c’est qu’il ne fasse pas n’importe quoi » poursuit son entraîneur fédéral, Benoît Ducoulombier. L’ancien coach de Grégory Havret épaule le jeune Cannois depuis six mois. Et ce n’est pas tellement sur le plan technique que la pépite a encore beaucoup à apprendre. « Il est bourré de talent, explique-t-il. Il comprend vite, il exécute vite et il a pris confiance. Il travaille beaucoup, contrairement à ce qu’on pense. Comme son swing est très juste, je ne lui ai rien dit là-dessus depuis six mois. Je lui ai parlé d’intensité, de trajectoire de balle, de son putting, de son organisation. » Mais Benoît Ducoulombier a d’abord dû « acquérir sa confiance ».

« C’est quelqu’un qui prête à des commentaires…, reconnaît l’entraîneur. Maintenant, je m’entends bien avec lui et on sait se faire confiance. Moi, je trouve que c’est un mec super. » « C’est quelqu’un de sympa, assure aussi Grégory Bourdy. On passe du bon temps avec lui. Il est un peu dans son monde, il a sa personnalité, mais elle lui permet sans doute de jouer aussi bien. » Très réservé, Victor Dubuisson risque de devoir forcer sa nature s’il continue de briller, avec des sollicitations en hausse. « Il a peur du jugement, analyse son coach. C’est un hyper sensible. Il se préserve en essayant de s’isoler. Mais je lui ai expliqué hier soir (samedi) qu’il n’allait pas pouvoir éviter tout le monde. Il doit l’assumer, ce statut. » Son nom s’écrit maintenant en grand dans les pages des journaux.

A lire aussi :

>> Dubuisson vainqueur en Turquie !

>> Open de France : la relève française frappe à la porte

LP avec NP