RMC Sport

Le soleil, c’est Levet !

Thomas Levet, vainqueur de l'Open de France 2011.

Thomas Levet, vainqueur de l'Open de France 2011. - -

Vainqueur de l’Open de France, ce dimanche, au terme d’une dernière journée à suspense où le public l’a porté, Thomas Levet signe l’un des plus beaux exploits de sa carrière sous les yeux de sa famille. Un exploit mérité pour ce joueur solide et d’expérience.

La vie réserve de belles coïncidences. Ce dimanche 3 juillet, le calendrier célébrait la saint Thomas. Et sur le parcours du Golf National, à Saint-Quentin-en-Yvelines, un certain Thomas Levet a été à la fête. Vainqueur de l’Open de France au terme d’une journée à suspense, le golfeur français remporte la plus belle victoire de sa carrière, sa sixième sur le tour européen. Un exploit XXL sur le difficile parcours de l’Albatros, qui accueillera la Ryder Cup en 2018, réalisé grâce à l’appui de milliers de spectateurs qui l’ont suivi tout au long de ce dimanche. « Même sur des mauvais coups, ils m’applaudissaient, raconte le héros du jour. Je suis fier d’avoir aussi bien joué devant eux. »

Sa victoire, Levet l’a construite à son image. Avec fraîcheur et talent. Lors de ce dernier jour, on l’a vu discuter avec des amis dans le public. Ou demander à la foule de se taire avant un coup de son partenaire de partie. Autant de preuves de sa sérénité. « J’ai gagné car j’étais le plus solide, explique Thomas. Mon jeu était bien en place. » A égalité avec Thorbjorn Olesen avant le dernier trou, le Français aurait pu craquer. Mais c’est le jeune Danois qui ratait un dernier putt facile synonyme de play-offs. Après quelques minutes d’attente stressante, dans les bras de ses enfants, Levet pouvait se lancer dans une farandole de joie. Et subir par trois fois la traditionnelle douche au champagne de ses collègues français. Sans oublier de plonger (et de se faire mal à une cheville au passage) dans le lac du 18e. Du pur bonheur.

« Le plus grand moment de ma carrière »

« C’est fantastique. Peut-être bien le plus grand moment de ma carrière, lance celui qui a remporté la Ryder Cup 2004. Un truc inimaginable. Pour les Français, derrière les Majeurs, c’est le tournoi le plus important. » A 42 ans, le doyen des joueurs tricolores renoue avec la victoire deux ans après l’Open d’Espagne. Avec la joie de réaliser l’exploit sous les yeux de ses trois enfants, Grégoire, Juliette et Charlotte. « Ils ne m’avaient jamais vu gagner un tournoi en live, détaille Levet. Le grand avait les larmes aux yeux… » La fierté d’un fils. Qui l’avait poussé à se sublimer. « Il m’a dit : « Il faudrait que tu gagnes un tournoi parce qu’on a besoin d’un bateau » ! J’avais aussi parié avec mon manager que je lui payais une piscine si je gagnais. C’était de la rigolade mais c’est arrivé ! »

Passionné de rugby et de cyclisme (son grand-père a été pro), Levet succède à Jean-François Remésy (2004 et 2005) au palmarès des Français vainqueur de l’Open. Un treizième succès tricolore mérité pour ce joueur solide mais pas virtuose. « Je suis l’exemple du gars qui au départ n’a pas trop de talent, qui a juste la hargne de vouloir gagner des tournois et qui garde confiance même dans les moments difficiles, lance le 352e mondial. Il y a des mecs qui tapent mieux mais ils n’y croient pas autant et à la fin, ça fait la différence. » Le public du Golf National pourrait vous en parler.