RMC Sport

Chambéry à l’heure de l’exploit

Chambéry

Chambéry - -

C’est un sacré défi qui attend le club savoyard ce samedi (18h), face à l’ogre Kiel et ses trois Experts, lors de la 8e journée de poule de la Ligue des champions.

« On ne peut pas comparer le handball à Chambéry et le handball à Kiel ». Le ton employé par Jérôme Fernandez n’est ni cassant. Ni suffisant. Le capitaine de l’équipe de France, sacré championne du monde en Suède le 30 janvier dernier, mesure juste le fossé qui sépare Chambéry de son club, Kiel, à l’heure où les deux formations vont en découdre ce samedi après-midi en Ligue des Champions. Il faut dire que les chiffres donnent raison à l’arrière tricolore.

Kiel, c’est 16 titres de champion d’Allemagne, dont les six derniers consécutifs. Mais aussi deux victoires et trois finales en Ligue des champions. « C’est la référence depuis de nombreuses années au niveau européen, poursuit Fernandez. Chambéry a encore beaucoup de paliers à franchir pour arriver à ce niveau-là. » Avec son budget record de 9,5 millions d’euros et sa salle de 10 000 places comble à chaque sortie, Kiel appartient à une galaxie encore inaccessible pour les hommes de Philippe Gardent. Avec ses 3,5 millions d’euros de budget, son Phare et son affluence maximum de 4 500 spectateurs, Chambéry joue les Petits Poucets. De quoi nourrir un sérieux complexe d’infériorité.

Fernandez : « Chambéry a le niveau des 8es »

D’autant qu’en trois confrontations, les Savoyards n’ont jamais battu Kiel. Cette saison, le match aller avait déjà affiché l’écart majuscule (35-23) entre les deux formations. Bis repetita samedi ? « Je pense que Chambéry a le niveau pour atteindre les huitièmes de finale, rétorque Fernandez. Ils ont réussi à battre Barcelone. Pour la confiance, c’est très important. Un point leur suffit pour se qualifier. Ils vont tout donner. »

En plus de sa motivation, Chambéry a des arguments. Le talent de son arrière gauche Xavier Barachet, « un joueur très complet, performant et régulier que Kiel a découvert lors du dernier Mondial. » Et une solidité de fer en Ligue des Champions cette saison au Phare (trois victoires). « Avec l’effectif qu’on a et la première partie de saison qu’on a faite, on ne peut plus se permettre de perdre des points, que ce soit en Ligue des Champions ou en championnat, annonce Fernandez, qui reviendra pour la première fois en France depuis son sacre mondial. »

Lui et les Experts de Kiel, Thierry Omeyer et Daniel Narcisse, espèrent un « bel accueil du public. Les internationaux de Chambéry y ont eu droit », ajoute-t-il. Pas sûr que le public du Phare accède tout de suite à leur requête.

Alix Dulac avec Rodolphe Massé