RMC Sport

Chercheuses d’or et… de lumière

Allison Pineau et les Bleues cherchent à briller dans l'ombre des garçons

Allison Pineau et les Bleues cherchent à briller dans l'ombre des garçons - -

Les Françaises doivent impérativement finir sur la plus haute marche du podium du Mondial de handball qui débute vendredi à Rio si elles veulent s’assurer d’aller aux JO de Londres. Un résultat qui permettrait aussi aux joueuses d’Olivier Krumbholz de sortir de l’ombre des garçons.

L’équipe de France féminine est arrivée cette semaine au Brésil avec le moral gonflé à bloc après son succès sur la Russie (30-26), triple championne du monde en titre et grande favorite du Mondial. Une victoire de prestige qui leur a permis de remporter le tournoi international de Paris-Ile de France, à Coubertin, et qui fait des vice-championnes du monde 2009 de sérieuses prétendantes à un succès à Rio. « Cette victoire n’est pas anecdotique, mais ce n’est pas non plus la finalité absolue. Le favori reste la Russie, mais nous on reste outsider, un solide outsider, on a accumulé de la confiance », s’est réjoui le sélectionneur Olivier Krumbholz. Un bon Mondial, outre qu’il passe au minimum par les quarts de finale pour espérer voir Londres cet été, ferait du bien au hand féminin.

Malgré trois participations consécutives aux Jeux (2000, 2004, et 2008), une présence régulière au plus haut niveau (championne du monde 2003, 2e en 1999 et 2009, 3e aux Euro 2002 et 2006), les handballeuses demeurent dans l’ombre des Experts, leurs homologues masculins, à qui aucun titre olympique, mondial ou continental n’a résisté. Dans ce contexte, les 200 personnes qui se sont pressées pour voir les Bleues à la station de RER Auber, à Paris, à la veille du tournoi de la capitale, ont fait l’effet d’un rayon de lumière. « C'est toujours sympa, c'est dans le métro, c'est un endroit atypique, on voit des gens de plein de milieux différents, s’est réjoui la demi-centre Allison Pineau. On est surprise qu'il y ait autant de monde pour nous demander des autographes, et nous encourager. Ça fait parler du hand féminin, et même du sport féminin tout court. »

Krumbholz : « Le hand féminin connait une pénurie de bons entraineurs »

« Ça fait toujours plaisir de voir qu'on est soutenu, reprend l’ailière-gauche Siraba Dembélé questionnée sur le même thème. Mais je ne fais aucun complexe par rapport aux garçons, je suis super contente pour eux, je trouve ça super bien pour le handball en général, c'est une source de motivation même. » Sa partenaire chez les Bleues Camille Ayglon sait que la notoriété passe par des résultats, même si le titre de 2003, n’a pas nécessairement déclenché le buzz attendu. Mais l’arrière de l’équipe de France voit au-delà de sa discipline, et juge que le sport féminin hexagonal est souvent mal considéré. « La médiatisation du sport féminin en France n'est pas très glorieuse. Nous les handballeuses, on n'est pas si mal loties que ça quand on compare avec la place quasi-inexistante faite aux footballeuses. » Le fossé est là, et touche aussi de manière structurelle l’organisation du sport français. « On travaille pour atteindre le niveau des garçons, mais on sait que dans l’ensemble des clubs, il y a moins de moyens pour les filles. Les meilleurs entraîneurs travaillent en général avec les garçons et nous on connait une pénurie. Le sport féminin reste un parent pauvre en France. »

Le titre de l'encadré ici

Atteindre au minimum les quarts|||

Le premier match des Françaises est programmé samedi, contre le Japon, à Sao Paulo. La France est dans le groupe C avec le Japon, la Tunisie, le Brésil, Cuba, la Roumanie. Il faudra finir dans les quatre premiers pour accéder aux huitièmes de finale. Seul le vainqueur a son billet pour les Jeux. Pour les autres, il faudra bien se classer, soit pour organiser un tournoi qualificatif olympique (TQO), soit pour participer à un TQO. Mais il faudra de toute façon viser au minimum les quarts de finale si les handballeuses veulent avoir une chance de devenir la première équipe de France féminine à se qualifier pour quatre JO d’affilée.