RMC Sport

Dinart, un Expert sur le banc

Didier Dinart

Didier Dinart - -

Ancien patron de la défense française, Didier Dinart l’est désormais du bord du terrain. Un nouveau rôle que l’adjoint de Claude Onesta donne l’impression d’avoir toujours occupé. Et qui n’est sans doute pas étranger au bon Euro des Bleus.

Intraitable au temps des Experts, la défense française semble s’être retrouvée durant cet Euro danois. Il faut dire que les Bleus, invaincus depuis le début de la compétition (4 victoires), comptent désormais dans leur staff un véritable porte-bonheur, habitué de la gagne. Un jeune retraité (37 ans) nommé Didier Dinart, qui est tout simplement le sportif français le plus titré avec deux médailles d’or olympiques, trois sacres mondiaux, deux couronnes européennes, quatre Ligues des champions (1 avec Montpellier et 3 avec Ciudad Real) et onze titres de champion national (5 avec Montpellier, 5 avec Ciudad Real, 1 avec le PSG).

Désormais entraîneur en chef de la défense, Dinart a dû calmer son tempérament de chambreur pour embrasser sa nouvelle fonction. « Il faut toujours s’imposer un changement de comportement, explique celui qui a honoré sa 379e et dernière sélection sous le maillot bleu lors de la défaite en quart de finale du Mondial 2013 contre la Croatie. Les joueurs doivent quand même avoir leur intimité. Après, si on a une relation particulière avec certains joueurs, il ne faut pas forcément la changer. »

Capitaine de l’équipe de France, Jérôme Fernandez a ainsi tout vécu avec Didier Dinart. Pour lui, celui qu’il a également connu à Ciudad Real est en grande partie resté le même : « Changer est un bien grand mot. Didier a évolué. Il a su garder de la proximité avec les joueurs, tout en prenant un peu de distance parce qu’il sait maintenant qu’il est de l’autre côté de la barrière. » Ce qui ne l’empêche pas de rester très proche, par exemple, de Nikola Karabatic et Cédric Sorhaindo. « Le fait de l’avoir sur le banc nous apporte beaucoup de confiance », confie Luka Karabatic, un autre de ses protégés.

Grande rigueur et petites nuits

Si « le Roc » a dû s’adapter, une chose demeure : sa rigueur et son goût du travail. A l’entraînement, le sélectionneur Claude Onesta lui délègue totalement le travail défensif. Armé en permanence de petites lunettes rectangulaires aux branches bleues et noires, il ne se sépare jamais de ses fiches. En match, lors des temps morts, il lui arrive ainsi de parler seul, sans qu’Onesta n’intervienne.

Malgré ses 17 ans en tant que joueur de l’équipe de France, Didier Dinart a tout de même découvert un autre aspect lors des compétitions : les nuits courtes. Les soirs de match, il travaille parfois jusqu’à 3 heures du matin avec Vincent Griveau, le responsable vidéo. Ensemble, ils prennent en moyenne 4 heures pour faire les montages et les séquençages qui vont servir lors de séances trop longues au goût de certains. « Qui a dit ça ? C’est Claude sans doute ?, interroge Dinart dans un sourire. En club, les joueurs sont habitués à faire une heure et quart de vidéo. Pourquoi ils ne le feraient pas ici ? » Sur le terrain comme sur le banc, le « Roc » en impose toujours autant.

A lire aussi :

>>> Nikola et Luka Karabatic : jamais sans mon frère

>>> Euro : Deux gros minets à l'ombre de "Titi"

>>> Fernandez et Omeyer, les experts du contre-la-montre

Christophe Penoignon avec Rodolphe Massé