RMC Sport

Experts en détresse

Luc Abalo pris dans la défense hongroise

Luc Abalo pris dans la défense hongroise - -

Logiquement battus par la Hongrie (23-26), les Français ne doivent leur qualification pour le tour principal de l’Euro qu’à la victoire de l’Espagne sur la Russie. Les Experts ont pratiquement dit adieu à leur titre européen.

La France figurera bien au tour principal de l’Euro 2012. Grâce à la victoire de l'Espagne contre la Russie (30-27) vendredi après-midi, les Bleus étaient même assurés d’obtenir leur ticket avant même le coup d’envoi contre la Hongrie à Novi Sad (Serbie). Mais après avoir concédé une deuxième défaite en trois matches, ce vendredi soir contre les Hongrois (26-23), elle a considérablement réduit ses chances d’atteindre les demi-finales et donc, de conserver son titre de champion d’Europe. Car c’est avec un capital de zéro point (le succès contre la Russie ne compte plus) que les hommes d’Onesta entameront le tour principal. Autant dire que les Experts ont une chance infime de conserver leur couronne. Il faudra tout gagner… et espérer des faux-pas de la plupart des rivaux désormais mieux placés : Croatie, Slovénie, Espagne et Hongrie. « On a fait un très mauvais match, on n’a pas été bon… », lâchera un Niko Karabatic décontenancé à la sortie du terrain.

3 buts en 16 tirs pour « Kara »

Si la France prend l’avantage d’entrée grâce à Bertrand Gille, la Hongrie lui donne très vite du fil à retordre. Excès de confiance ou réelle baisse de niveau ? La deuxième option semble plus proche de la vérité. Car après avoir chuté contre l’Espagne (29-26), les Experts affichent d’inquiétantes lacunes. Trop laxistes en défense, indiscutablement émoussés, les joueurs de Claude Onesta n’ont jamais réussi à prendre le large (14-12 à la mi-temps). « Il y a des boulevards en défense, souffle Daniel Costantini. Heureusement, Thierry Omeyer que tient la baraque. » A dix minutes du coup de sifflet final, c’est pourtant bien les Hongrois qui mènent 22-20. Le troisième but de Karabatic en 16 tentatives à cinq minutes de la fin redonne un mince l’espoir aux Bleus (22-21) mais la star, coupable d’une faute, écope d’une expulsion de deux minutes. Un triste symbole. Rendez-vous dimanche pour le début d’un tour principal qui risque d’être long, très long.