RMC Sport

Fernandez et Omeyer, les Experts du contre-la-montre

Thierry Omeyer et Jérôme Fernandez

Thierry Omeyer et Jérôme Fernandez - -

A respectivement 36 et 37 ans, Jérôme Fernandez et Thierry Omeyer essayent de rattraper le temps perdu à cause de leurs blessures avant le début de l’Euro (12-26 janvier). Les deux anciens des Experts sont sur le retour.

Doubles champions olympiques (2008, 2012), triples champions du monde (2001, 2009, 2011) et doubles champions d’Europe (2006, 2010), Thierry Omeyer (37 ans) et Jérôme Fernandez (36 ans) ont dû affronter un adversaire pas comme les autres ces derniers mois : la blessure. Désinsertion du biceps brachial au niveau du coude gauche le 12 octobre pour le gardien de Montpellier. Fracture du quatrième métacarpe de la main droite le 19 novembre pour le Toulousain, alors « prêté » à Al Sadd. De quoi mettre en danger leur participation à l’Euro (12-26 janvier). Mais les deux Experts sont sur le retour. Jérôme Fernandez a pu rejouer pour la première fois ce jeudi soir à Paris à l’occasion d’un match de préparation face à des joueurs du championnat de France. Et Thierry Omeyer a été autorisé à reprendre l’entraînement mercredi. Ils seront du voyage au Danemark avec les Bleus.

Leur état de forme

Jérôme Fernandez : « Les sensations ont été plutôt bonnes. J’étais content de retrouver le terrain. Je n’ai pas de gêne au niveau de la main, ni au niveau de l’épaule. Les jambes vont bien. Il faut retrouver de la justesse dans le jeu, des automatismes avec les coéquipiers, notamment en défense. J’espère avoir un peu de temps de jeu à partir de lundi et rentrer dans la compétition de la meilleure des manières. Je sens surtout le manque de compétition.

Je manque de repères en défense. Quand je suis à côté de joueurs avec lesquels j’ai l’habitude de jouer, ça va. Mais dès que je suis à côté de Luka (Karabatic) ou d’autres avec lesquels j’ai fait peu de matchs, il faut que je reprenne des repères. Le timing était serré, mais c’était possible. Comme il n’y a pas eu de contretemps… ça permet d’être apte cette semaine et de pouvoir accompagner le groupe au Danemark. »

Thierry Omeyer : « Je suis dans un état plutôt bon. J’ai été autorisé à reprendre l’activité handball. C’est quelque chose de tout à fait positif. Physiquement, je me sens plutôt bien. J’ai déjà pu travailler au niveau des jambes, m’entretenir. La question, elle est plus de savoir à quel moment je vais retrouver mon niveau.

Ça fait trois mois que je n’ai pas été dans les buts. J’ai trois entraînements derrière moi. Il va falloir monter en puissance. Et faire aussi disparaître l’appréhension au niveau de mon bras. Elle existe un peu. Mais j’ai pris des balles dessus et ça s’est bien passé. Je pense que ça va disparaître avec la répétition des entraînements. »

Leur rôle dans le groupe

Jérôme Fernandez : « Le problème avec nous, c’est qu’on est toujours prêts à jouer. On a très envie de rendre service, d’être bons sur le terrain. C’est au staff de gérer tout ça. On aura trois matchs de poule en quatre jours. On aura forcément besoin de rotations. Si des garçons comme Daniel (Narcisse) et Nikola (Karabatic) sont performants, on aura juste besoin de les aider à récupérer à certains moments avec Mathieu (Grébille) et William (Accambray). Et on a trouvé un arrière droit gaucher qui apporte de la sobriété (Valentin Porte). C’est bien d’avoir cette base-là. S’il y a une défaillance, je pourrai répondre présent. »

Thierry Omeyer : « C’est bien que je sois là pour les aider (les autres gardiens, Cyril Dumoulin et Vincent Gérard, ndlr), pour être à leur disposition dans l’approche des matchs, avec ma connaissance des équipes et des joueurs qu’on va rencontrer. C’est positif. On échange beaucoup. Pour eux, c’est nouveau de disputer une telle compétition. On est tous tournés vers le même objectif, faire une belle compétition, bien rentrer dans l’Euro. L’intérêt de l’équipe doit primer. Il faut que tout le monde fasse le maximum. »

A lire aussi :

>> Les Bleus gagnent mais inquiètent

>> Costantini : « Du positif à prendre »

>> Les Experts montent en puissance

LP avec JRi