RMC Sport

France-Croatie, ennemis très intimes

Luc Abalo, Ivano Balic et Didier Dinart

Luc Abalo, Ivano Balic et Didier Dinart - -

Habituées à se retrouver ces dernières années lors de matchs décisifs et sous haute tension, les deux nations s’affrontent ce mardi (18h10) dans une rencontre capitale dans la course aux demi-finales. De quoi renforcer un peu plus encore une rivalité devenue historique

Le tête-à-tête est viril. Les mots doux fusent. Dans une finale du Mondial 2009 déjà bouillante, le Croate Ivano Balic et le Français Nikola Karabatic font encore un peu plus monter la tension. Un duel entre deux des plus grandes stars du handball mondial qui résume parfaitement l’atmosphère qui règne lors des rencontres entre la France et la Croatie. « C’est toujours un match particulier, avoue Karabatic. Ça va vraiment être un gros match. Comme d’habitude face à la Croatie, on se rencontre lors des matchs décisifs, on a l’habitude. Ils seront vraiment remontés car ils jouent aussi leur qualification. Il y aura beaucoup d’animosité et d’agressivité. »

Si Balic et Karabatic déçoivent depuis le début de l’Euro serbe, la bataille promet tout de même d’être épique ce mardi sur le parquet de Novi Sad. Et côté français, le danger croate est déjà ciblé : Igor Vori. Meilleur joueur du Mondial 2009, le pivot d’Hambourg sera surveillé de près par Didier Dinart. « C’est un pivot qui n’est pas forcément sur le même registre que les autres, analyse-t-il. Il mesure 2,03 m, il n’a donc pas les mêmes caractéristiques. »

Dinart : « C’est eux ou nous »

Même si l’historique des affrontements entre les deux nations tourne en faveur des Bleus avec 14 victoires en 24 matchs, la rencontre de demain sera particulière en raison des inhabituelles lacunes affichées par les deux équipes depuis le début de la compétition. « Avec le niveau de jeu que l’on a en ce moment, on se dit que cela peut être compliqué, avoue Claude Onesta, le sélectionneur tricolore. Mais j’ai regardé la deuxième mi-temps d’Espagne-Croatie (24-22) et, par moments, cela ressemblait à l’équipe de France ! »

Que cela soit pour la France (4e avec deux points) ou la Croatie (2e avec quatre points), le faux pas est interdit. De quoi renforcer un peu plus encore cette rivalité historique. « Demain, c’est eux ou nous, avoue Dinart. Sur une demi-finale, c’est aussi le cas mais à l’arrivée, il y a une médaille. » S’ils veulent décrocher une nouvelle breloque lors de cet Euro, les « Experts », qui restent sur trois succès consécutifs face aux Croates, connaissent la recette.