RMC Sport

Honrubia – Guigou, l’aile fatale des Bleus

Samuel Honrubia

Samuel Honrubia - -

Depuis le début des Mondiaux, Samuel Honrubia et Michaël Guigou se partagent l’aile gauche tricolore avec une exceptionnelle réussite. Un maillon fort sur lequel les Bleus peuvent s’appuyer pour espérer voir loin dans la compétition.

Si l’équipe de France peut toujours rêver d’un troisième sacre mondial consécutif, elle le doit en grande partie à sa faction la plus à gauche. Une aile habitée par deux hommes, dont les statistiques depuis le début de la compétition résument l’énorme impact sur le jeu des Bleus. Sur la lancée de son énorme début de saison avec le PSG, Samuel Honrubia (26 ans) affiche une forme irrésistible, avec 28 buts inscrits pour… 32 tentatives. L’aîné, Michaël Guigou (30 ans), fait à peine moins bien (24 sur 34). A eux deux, ils ont totalisé 13 des 32 buts de la victoire tricolore face à l’Islande en 8e (32-30).

Le pedigree, l’efficacité et le talent d’Honrubia et Guigou, auraient pu provoquer la légitime revendication d’un statut de titulaire. Fin gestionnaire, Claude Onesta, sélectionneur des Bleus, a choisi de ne pas choisir en accordant 30 minutes de jeu à chacun des deux hommes. Une inspiration couronnée de succès et validée par les deux protagonistes. « C’est un peu nouveau pour ma part de ne jouer qu’une demi-heure. Mais au final, on voit que la débauche d’énergie que l’on met pendant 30 minutes n’est pas forcément la même que celle que l’on pourrait mettre pendant une heure, observe Guigou. On l’a accepté, on en joue quelque part, en se donnant pleinement pendant 30 minutes. »

Costantini : « C’est une chance »

Modèle d’égalitarisme dans un groupe où règne l’autogestion, la gestion du duo fait figure de cas d’école. En plus d’éloigner le spectre redouté du combat d’egos, elle révèle une efficacité sportive maximale, « tout bénef » pour l’équipe de France. « C’est une chance. Ça peut permettre à l’un et l’autre d’être à fond pendant 30 minutes, en sachant qu’un ailier court beaucoup, prend des coups, rappelle Daniel Costantini, membre de la Dream Team RMC Sport. C’est difficile d’assurer pendant une heure. Là c’est génial. »

Devenus les finisseurs les plus prolifiques des Experts, Guigou et Honrubia, par ailleurs bons camarades pour s’être longtemps côtoyés à Montpellier, s’éclatent et rejettent tout sentiment de frustration. « L’essentiel, c’est qu’on gagne les matchs. Si je suis amené à ne pas jouer et qu’on gagne à la fin, je serai le plus heureux des hommes, insiste même Honrubia. Si, en partageant le temps de jeu, on est capable d’avoir ce genre de performance, c’est super. Il faut qu’on continue. » Le tandem aura l’opportunité dès mercredi de démontrer son alchimie en quarts de finale, très certainement face à l’éternelle Croatie, grande favorite de son 8e contre la Biélorussie ce lundi.