RMC Sport

Honrubia : « Le plus dur est passé »

Samuel Honrubia

Samuel Honrubia - -

Avant d’affronter l’Argentine ce lundi à Toulon en amical (19h15), Samuel Honrubia revient sur les ambitions des Bleus pour le Mondial, qui débute vendredi. L’affaire des paris suspects, dans laquelle il a été impliqué, est derrière lui.

Samuel, vous êtes d’origine espagnole, que représente pour vous un Mondial de handball en Espagne ?

Il est certain que pour moi, c’est quelque chose de particulier. Toute la famille du côté de mon père est là-bas, il y en a beaucoup du côté de ma mère et les amis de mon papa qui sont à fond dedans. Pour un pays qui est en crise, je pense que ce Mondial va leur faire du bien. Ramener une médaille d’Espagne serait vraiment une belle chose.

Quels étaient les commentaires quand vous avez sorti l’Espagne aux JO ?

Il n’y a pas eu de commentaire, les gens étaient contents pour nous. Ça aurait très bien pu être l’inverse. La chance a été de notre côté. Mais ils ne m’en veulent pas (rires).

Les Espagnols, à domicile, vont forcément avoir envie de gagner…

Ça va être un très gros concurrent. Après, ils auront la pression du résultat. On a vu aux Jeux Olympiques que c’était une équipe qui jouait bien au handball. Ils vont être très difficiles à battre chez eux. Il va falloir bien se préparer. France-Espagne en finale, ça serait la plus belle des affiches. Mais si on est en finale, quelle que soit l’équipe qu’on affrontera, ça sera quelque chose de magnifique. Il y a pas mal d’équipes qui vont avancer dans l’ombre de l’Espagne, comme la Croatie, l’Islande ou le Danemark. Avec le nouveau fonctionnement des poules, ça va être une autre compétition. Il va falloir respecter tout le monde. Dès les 8es, il faudra se mettre en tête qu’on peut très bien sortir et rentrer chez nous sans rien.

L’affaire des paris suspects peut-elle perturber l’équipe de France ?

Je pense que le plus dur est passé. Il y a beaucoup de gens qui nous ont soutenus. Je pense à mes dirigeants à Paris, mes amis et mes coéquipiers. Je ne pense pas que ça soit quelque chose qui puisse nuire à l’ambiance de l’équipe de France. Tout ça est derrière nous et on est vraiment concentré sur l’objectif du Mondial.

Pensez-vous que les Experts ont payé cher le revers de la médaille olympique à Londres ?

Ce n’est jamais un moment agréable. On ne l’a pas bien vécu. Mais c’est passé et maintenant il faut avancer. Il n’y a que la victoire qui pourra montrer pourquoi on fait ce métier et pourquoi on vit. C’est une aventure humaine, on se dit les choses entre nous. Après, on avance tous ensemble vers ça. On n’a aucune obligation de victoire. Gagner un titre reste quelque chose d’exceptionnel. Ça n’effacera pas tout mais ça montrera pourquoi on est là. Ce sont de beaux moments à vivre.

Comment abordez-vous les deux matchs amicaux face à l’Argentine ?

On n’a pas eu beaucoup de jours pour travailler. On a eu la bonne idée d’avoir ce petit stage entre les fêtes pour gagner un maximum de temps. Les matchs amicaux seront des matchs de travail pour renforcer le collectif au maximum. On va même continuer à travailler durant le Mondial. Il ne faut pas se mettre de pression en se disant qu’il faut tout gagner et mettre dix buts à tout le monde. Pour nous, la compétition commencera à partir des 8es. Mais il faut faire ce qu’il faut pour arriver à ces 8es dans les meilleures conditions.

Si vous décrochez une cinquième étoile, la France sera l’équipe la plus titrée de l’histoire du handball…

On parlera de ça dans trois semaines, si ça arrive.