RMC Sport

Ils sont fabuleux !

-

- - -

L’équipe de France a remporté son quatrième titre mondial après une superbe victoire contre le Danemark (37-35, après prolongation). Les Experts ont souffert jusqu’au bout, mais ils ont encore gagné. Inouï…

L’affaire semblait réglée d’avance. Les handballeurs français ont pourtant dû puiser dans leurs dernières ressources pour aller chercher le quatrième titre de leur histoire, au bout de la prolongation d’une finale incroyable d’intensité. Avec ce nouveau titre, l’équipe de France entre plus que jamais dans le panthéon du sport collectif français, et même mondial. Depuis trois ans, ce groupe a remporté toutes les compétitions qu’il a disputées. « On a écrit plusieurs fois l’histoire, mais à chaque fois d’une façon différente, souligne le pivot Cédric Sorhaindo. Cette finale, on a eu un peu plus de difficulté à l’emporter, mais on a su se mobiliser. C’est ce qui a fait la différence. »

Car la sélection danoise n’a rien lâché pendant les 70 minutes d’une rencontre longtemps menée de main de maître par les Bleus. Après un premier but, plein de symboles, du capitaine Jérôme Fernandez, les « Experts » prennent les commandes au tableau d’affichage. Bien en place, ils comptent même quatre buts d’avance (13-9) à cinq minutes de la fin de la première période. Le plus grand écart enregistré dans ce match très serré. Avec un score de 15-12 à la mi-temps, les coéquipiers de Nicolas Karabatic semblent alors sur une voie royale pour remporter leur quatrième titre mondial.

Menés au score… pendant 30 secondes

Mais les Danois et leur arrière Mikkel Hansen ne sont pas décidés à laisser le match filer sans combattre. Plus les minutes s’écoulent, plus l’écart avec les Bleus diminue. A neuf minutes de la fin de la rencontre, les Scandinaves reviennent à 25-25. Ils parviennent au final à accrocher la prolongation. Encore sous le coup de ce scénario et handicapés par une infériorité numérique, les Français perdent l’avantage du score pour la première fois du match (33-32).
« Ça ne s’est pas vu, mais on était au plus mal après le but danois qui nous mène à la prolongation, glisse le Vauclusien Michaël Guigou. On était fatigué mais malgré tout, on n’a rien lâché. » Pour compenser leur fatigue, les coéquipiers du Montpelliérain font parler leur expérience et leur culture de la gagne. Avec succès. Ils l’emportent finalement 37-35. « Leur gardien a été performant, mais on ne s’est pas trop affolé, glisse Claude Onesta. On a réussi à jouer les dernières minutes avec plus de lucidité. Cette compétition a été plus éprouvante que les autres. On avait moins de marge. »

« C’est une première pour moi, rappelle le jeune Arnaud Bingo, novice à ce niveau de la compétition. C’est un rêve et j’espère que ça continuera encore longtemps. Ce soir, c’est champagne, champagne, champagne et champagne ! ». Comme les quatre étoiles qui ornent désormais le maillot bleu. Parmi elles, celle décrochée par les « Experts Malmö » n’est certainement pas la moins lumineuse.