RMC Sport

Karabatic : "Je me suis déjà fait siffler par 15 000 personnes"

-

- - -

Invité du Tony Parker Show, Nikola Karabatic est revenu sur son actualité, et notamment les sifflets qu’il a reçus jeudi pour son retour sur le parquet de Montpellier avec le PSG (défaite 31-32).

Comment avez-vous pris les sifflets contre vous à Montpellier, après tout ce que vous avez vécu avec ce club ?

C’est toujours un peu particulier. Je ne suis pas parti en bons termes avec le club. Ce qui est dommage, c’est que le public m’a sifflé non pas parce que je suis parti, mais pour des problèmes extra-sportifs. Quand tu rentres dans un match, tu es blindé, tu entends les sifflets mais ça te motive plus qu’autre chose. Ce n’est pas grave, d’autant que ce n’est qu’une partie du public. J’ai eu aussi beaucoup d’encouragements, des mots de soutien. Pour moi ça va, mais ça m’a plus embêté pour ma mère qui est venue voir le match, et qui a entendu des choses pas très sympa dans le public, et surtout des choses fausses. Moi je me suis fait déjà siffler par 15 000 personnes, donc ça passe.

Comment abordez-vous l’Euro (du 17 au 31 janvier 2016, en Pologne), sachant que c’est une année olympique ?

C’est particulier pour nous. On a moins de pression sur cet Euro vu qu’on est déjà qualifiés pour les Jeux. La seule pression, c’est pour défendre notre titre, sachant qu’on a des blessés graves (William Accambray et Mathieu Grébille, ligaments croisés, ndlr). Il va falloir jouer intelligemment pour essayer de gagner, mais aussi pour ne pas avoir d’autres blessés avec une telle accumulation de matches. L’important pour nous, ce sont les Jeux, et on veut arriver en forme pour l’été.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre le PSG cet été ?

Barcelone, c’est un club génial, mais le projet du PSG, qui veut devenir le Barcelone français, ça m’a donné envie. D’autant que je suis plutôt en fin de carrière, et finir en France peut être important en pensant à la suite. C’est un tout. Jouer avec mon frère (Luka Karabatic) m’a aussi beaucoup motivé.