RMC Sport

Krumbholz : « C’était mission impossible »

Olivier Krumbholz

Olivier Krumbholz - -

Le sélectionneur de l’équipe de France n’a aucun mal à reconnaitre la supériorité des Norvégiennes, sacrées championnes du monde aux dépens des Bleues. Il regrette juste de ne pas avoir pu compter sur toutes ses forces vives.

Olivier Krumbholz, qu’a-t-il manqué à l’équipe de France pour devenir championne du monde ?

Il fallait plus d’énergie. On n’avait plus assez de jus. Avec tous les problèmes qu’on a eus (blessure de Mariama Signaté et d’Allison Pineau, ndlr), on s’est mobilisés comme des fous pour passer les huitièmes de finale, les quarts et les demies. La marche était trop haute. Elles ont bien joué, on n’a jamais réussi à les faire déjouer. Le score était trop important à la mi-temps. On a fait une meilleure deuxième mi-temps sans réussir à suffisamment se rapprocher pour qu’elles commencent à douter. Les filles sont dégoûtées. C’est une grosse déception. Même si je suis satisfait, sur l’ensemble du parcours, de la compétitivité de nos joueuses.

La Norvège paraissait intouchable, non ?

Oui, c’est un beau handball, ça va vite. Elles sont maitresses du ballon et vont très vite en contre-attaque. On a encore des lacunes, il faut bosser. C’est une leçon d’humilité. On était trop loin d’elles pour les battre. Peut-être qu’avec plus d’énergie et un effectif au complet, on aurait pu supporter le rapport de force. Mais là, c’était mission impossible.

« Le TQO ? Un scandale »

Quels points positifs retenez-vous de ce Mondial ?

Beaucoup. Je retiens la combativité des joueuses, la solidité du bloc, l’envie d’avancer et de travailler. Pour nous, c’est une compétition très positive. Le seul problème, c’est qu’on sort avec deux blessées.

Le prochain objectif des Bleues est le tournoi de qualification olympique en mai. Comment jugez-vous vos prochains adversaires qui seront la Roumanie, le Monténégro et le Japon ?

C’est le tournoi le plus élevé. On jouera chez nous, mais ça va être un tournoi très difficile. J’espère qu’on aura plus d’énergie et qu’on aura récupéré Mariama (Signaté). On n’aura pas Allison (Pineau).

Êtes-vous étonné que le vice-champion du monde ne soit pas qualifié directement pour les Jeux Olympiques ?

C’est un scandale. Avant, les cinq premières du Mondial étaient qualifiées pour les JO et il n’y avait pas de TQO (Tournoi de Qualification Olympique). C’était très bien comme ça. Ça fait partie des décisions de l’IHF (Fédération internationale) qui n’ont aucun sens. On s’est battus contre ça mais il n’y a rien eu à faire. C’est le président qui veut ça. C’est du business. C’est lamentable que les entraîneurs et les joueurs ne soient entendus et respectés.