RMC Sport

L'Ibère est décidément rude

Après deux nuls contre l'Espagne, les Experts ont fini par chuter

Après deux nuls contre l'Espagne, les Experts ont fini par chuter - -

L’Espagne a eu le scalp de l’équipe de France (29-26), championne d’Europe en titre, lundi en Serbie pour son entrée dans la compétition. Les Experts, décidément pas à l’aise face à la Roja, ont confirmé leurs limites entrevues en préparation.

Premier faux pas pour les Bleus de Claude Onesta. L’équipe de France a chuté face aux médaillés de bronze du dernier Mondial, un adversaire qui les avait pourtant déjà prévenus. Un nul sur la route de leur quatrième titre planétaire (28-28) l’an passé, un autre à l’Euro 2010 (24-24)... Ce qui n’avait malgré tout pas empêché les Français de rafler la mise, comme ils en ont l’habitude depuis les Jeux Olympique de 2008. Mais l’alerte avait été chaude. Cette fois, à Novi Sad, la Roja a ferré le champion. Même privés d’Arpad Sterbik, les Ibères n’ont jamais été inquiétés par des Français méconnaissables, en manque de rythme et commettant trop de pertes de balles.

« On a joué avec un faux rythme, les Espagnols nous ont empêchés de sortir les ballons », regrettait Didier Dinard. Cette carence dans l’animation du jeu avait déjà été entrevue lors des deux matches de préparation devant la Norvège (35-29 et 28-24). La rentrée de Daniel Narcisse en fin de première période ne fera que limiter la casse à la pause (13-15). « Heureusement que Daniel est entré », reconnaissait Jérôme Fernandez.

La fougue de Luc Abalo (6 buts) en fin de partie ne fera qu’entretenir un vain espoir. Trop de cadres, à l’image de Nikola Karabatic, pourtant sur ses terres, ont été en retrait. Toujours devant, les partenaires de Viran Morros ont su conserver une avance d’au moins un point face aux tenants.

Jamais battus en ouverture depuis 19 ans

L’Espagne, auteur d’un match plein, a pu s’appuyer sur un exceptionnel gardien de but, José Hombrados, qui a éclipsé Thierry Omeyer. « On connait les qualités défensives de cette équipe », admettait Luc Abalo. Les Bleus, handicapés par une préparation réduite, vont devoir se ressaisir face à la Russie mercredi. Jamais depuis 19 ans, l’équipe de France n’avait débuté un des trois rendez-vous majeurs par une défaite. Une contre-performance qui pèsera pour la suite de la compétition puisque les points acquis au premier tour seront conservés au deuxième. Les Experts ne sont pas encore les Intouchables.