RMC Sport

La France mangée à la sauce Qatar ?

En lice pour une quatrième couronne mondiale, la France de Luc Abalo vise aussi l'organisation du Mondial 2015. Pas gagné...

En lice pour une quatrième couronne mondiale, la France de Luc Abalo vise aussi l'organisation du Mondial 2015. Pas gagné... - -

A l’heure où les Experts survolent le Mondial suédois, la Fédération internationale de handball va attribuer l’organisation du Championnat du monde 2015, jeudi à Malmö. Si la France et le Qatar partent favoris, ce dernier a des arguments de poids à faire valoir.

Ce jeudi à midi, la France jouera déjà une finale. Vingt-quatre heures avant la demie des Experts face à la Suède, à Malmö (18h), la famille du handball tricolore va retenir son souffle. Aux douze coups de midi, le président de la Fédération internationale de handball (FIH), l’Egyptien Hassan Moustapha, dévoilera le nom du pays qui accueillera le Mondial 2015. La France est candidate, tout comme la Pologne, la Norvège et la Qatar. L’Autriche et la Corée du Sud, qui figuraient dans la liste de départ, ont baissé pavillon. Des quatre candidats restants, la France et le Qatar sont favoris.
Le dossier français surfe sur le succès de sa sélection et sur la popularité du handball dans l’Hexagone, les précédents Mondiaux masculin (2001) et féminin (2007) ayant affiché des taux de remplissage de salles de 98%. « On veut doubler la fréquentation et passer à 400 000 », annonce le DTN Philippe Bana. Face aux arguments sportifs et populaires, le Qatar use de sa force de frappe économique pour aplatir la concurrence. Japonais et Américains en savent quelque chose, après s’être vus souffler la Coupe du monde de football 2022 par le petit émirat, qui a promis d’offrir certains stades aux fédérations nécessiteuses.
Après le Mondial 2022 de football et les Mondiaux 2017 d’athlétisme, le Qatar veut s’offrir le handball. Ses représentants ont adressé le dossier de candidature aux membres de l'IHF dans un IPad, offert bien évidemment. « Le Qatar, ça doit être très bien pour les VIP, lâche le sélectionneur Claude Onesta, mais je n’aime pas qu’on ne se paie pas les Mondiaux comme on se paie une danseuse. »

Onesta : « Le Mondial n’est pas une danseuse »

Jeudi, sur les 17 membres du comité exécutif de l'IHF, seuls 13 voteront (le président ne vote pas, ni les membres des quatre projets)... Problème: ce chiffre est passé à 12 votants, après l’hospitalisation de la membre gabonaise il y a quatre jours à qui on prêtait une certaine francophilie... Son homologue ivoirien a bien failli aussi se faire porter pâle, à cause d’un problème de visa, mais finalement tout est rentré dans l’ordre. pour le plus grand soulagement du clan tricolore. Le règlement prévoit qu’en cas d’égalité, à 6 partout, c'est la voix du président de l'IHF qui fera pencher la balance. La fibre panarabe va-t-elle parler ?
En dehors du clash culturel, le dossier français pâtit indiscutablement de la domination de l’Europe dans le bilan des pays hôtes. Après la Suède, ce sera l’Espagne en 2013, et avant, ce fut au tour de la Croatie (2009) et de l’Allemagne (2007). En 23 éditions, les Championnats du monde ne se sont exportés que trois fois en dehors du Vieux Continent : Japon (1997), Egypte (1999) et Tunisie (2005). Alors mangés à la sauce Qatar les petits Français ? « Ce sera très, très dur, prédit Philippe Bana, même pour une grande nation de hand comme la France. »

Louis Chenaille (avec R.M. en Suède)