RMC Sport

Les Bleues en quête d’exploit

Audrey Deroin, Paule Baudouin et Camille Ayglon

Audrey Deroin, Paule Baudouin et Camille Ayglon - -

L’équipe de France devra créer la sensation contre la Russie ce mercredi (14h45) pour rejoindre le dernier carré du championnat du monde. Victorieuses des trois dernières éditions (2005, 2007, 2009), les Russes ont remporté leurs six premières rencontres au Brésil. « Ce sont des ogres » prévient même Daniel Costantini.

« Il était hors de question de rentrer en France alors qu’il commence seulement à faire beau à Sao Paulo ! » Pour Siraba Dembelé et les Bleues, le Mondial ne pouvait se conclure lundi contre la Suède, en huitièmes de finale (26-23), dès les premiers rayons de soleil au Brésil. Le vent tournera-t-il encore en leur faveur ce mercredi (14h45, heure française) contre la Russie ? Un coup de pouce d’Eole ne sera pas de trop pour barrer la route aux septuples championnes du monde (1982, 1986 et 1990 avec l’URSS, puis 2001, 2005, 2007 et 2009).

« La Russie, c’est un ogre, c’est assez impressionnant, reconnait Daniel Costantini, double champion du monde (1995, 2001) à la tête des garçons. Ce sont des filles qui jouent très vite, très bien, qui sont très difficiles à contrer. Elles ont un coach particulier, un gros ours qui n’arrête pas de vociférer (Evgeny Trefilov, ndlr). Mais ce sont de belles jeunes filles, qui font vraiment honneur au handball mondial. Et une équipe très, très dure à battre. » Depuis dix ans, seule la France a réussi à s’immiscer dans le palmarès mondial avec le titre décroché en 2003.

Elles ont battu les Russes au Tipiff

Pour créer l’exploit et se dégager la route du dernier carré en même temps que celle vers les Jeux Olympiques de Londres, les joueuses d’Olivier Krumbholz pourront se baser sur trois confrontations récentes avec les Russes, qui ont gagné leurs six premières rencontres au Brésil. En 2008, aux JO de Pékin, elles avaient subi leur loi en quarts de finale (31-32). En 2009, c’était en finale du Mondial (22-25). Mais le 27 novembre dernier, au Tournoi Paris-Ile de France (Tipiff), les Bleues ont renversé la montagne (30-26).

« Je pense que les Russes auront plus peur de nous que nous n’aurons peur d’elles, estime Audrey Deroin. Elles étaient dans les tribunes pour notre match contre la Suède. Elles ont vu ce dont on est capables. Je suis persuadée qu’on peut le faire. On ne va pas s’arrêter là. » Même privées jusqu’à la fin de la compétition de Mariama Signate (fracture du plancher orbital), les Bleues comptent bien prolonger l’aventure. Et profiter de quelques bains de soleil supplémentaires…