RMC Sport

Les Français champions du monde

Les champions olympiques de Daniel Narcisse, surnommé "Air France" tellement il va haut, se sont coiffés de la couronne mondiale aux dépends des Croates (24-19).

Les champions olympiques de Daniel Narcisse, surnommé "Air France" tellement il va haut, se sont coiffés de la couronne mondiale aux dépends des Croates (24-19). - -

Les Bleus ont signé un exploit formidable en réalisant le doublé titre olympique-championnat du monde en l’espace de cinq mois. Les Experts ont battu la Croatie chez elle.

Les handballeurs bleus viennent, en l'espace de cinq mois, de réaliser l'un des plus beaux exploits du sport français. Les «Experts» ont battu la Croatie chez elle, en finale des championnats du monde (24-19). La performance est d'autant plus belle qu'elle a été réalisée à l'extérieur, dans la surchauffée Arena de Zagreb. Encouragés par 15.000 personnes, les Croates avaient tout pour l'emporter. La première période est même inquiétante pour les Français, d'autant plus que Karabatic ne parvient pas à trouver le cadre. Sur son aile droite, Cupic s'amuse avec Thierry Omeyer. A la mi-temps, les Bleus sont menés 11-12. Le premier quart d'heure de la seconde période est stressant, accroché.

Mais le travail de sape de la défense bleue finit par porter ses fruits. Comme les Français ont coutume de l'expliquer, leur défense doit leur permettre de faire sortir l'adversaire du match l'espace de cinq minutes. Ce moment arrive finalement dans les dix dernières minutes du match. Les Croates ne trouvent plus de solutions au tir, et se heurtent à Omeyer quand ils y parviennent enfin. En attaque, le feu follet Mickaël Guigou continue sa performance de haut vol, avec dix buts au compteur. La fin de match est tendue, tant la désillusion est cruelle pour les Croates.

Mais les Français n'en ont que faire. Après les titres mondiaux de 1995 et 2001, ils réalisent un fantastique triplé, que seules la CEI, l'Allemagne et la Croatie ont réussi avant eux. Mais surtout, cinq mois après leur triomphe à Pékin, ils ont confirmé qu'ils étaient bien la meilleure équipe du monde.

La rédaction - Sylvain Mouillard