RMC Sport

Martini : « Honrubia et Bojinovic ne sont pas punis »

Bruno Martini

Bruno Martini - -

Le PSG Handball a décidé de se priver pour les deux prochains matches de Samuel Honrubia et Mladden Bojinovic, mis en examen pour escroquerie dans l’affaire des paris suspects. Un choix pris dans l’intérêt des joueurs, assure le manager du club de la capitale.

Bruno Martini, pourquoi avoir décidé de ne pas convoquer Samuel Honrubia et Mladen Bojinovic pour les deux prochaines rencontres contre Saint-Raphaël (jeudi en D1 et dimanche en Coupe de la Ligue) ?

Avec les circonstances exceptionnelles qui ont agité la semaine, il nous a semblé plus responsable de ne pas convoquer ces deux joueurs pour les deux matches à venir. Ils ne sont pas convoqués mais ils ne sont pas écartés du groupe. Ils ne sont pas punis. On ne parle pas de sanction mais de retrait en fonction des évènements.

Comment avez-vous fait ce choix ?

C’est une décision qu’on leur a annoncée. C’est au club de prendre sa responsabilité. Ils l’ont accepté l’un et l’autre. Ça c’est très bien passé et il n’y pas eu de grosses discussions.

Y avait-il une nécessité de prendre cette décision quand vous avez appris leur mise en examen ?

C’est au-delà de la mise en examen. Il y a tout un contexte qui fait qu’il aurait été compliqué de les mettre sur le terrain avec tout ce qu’il s’est passé. Ça n’a pas été une décision difficile à prendre. C’est un choix qui s’imposait.

Le club est-il remué par cette affaire ?

Je n’irai pas jusque-là. On est vigilant et à l’écoute de tout ce qui se passe. On espère que ça n’a pas trop touché le reste du groupe. J’ai l’impression que c’est le cas, mais on verra ça demain (jeudi). La performance sportive de la semaine dernière (victoire 38-24 contre Montpellier, ndlr) est passée à l’as à cause des évènements. Mais il y a d’autres challenges à relever et il faut qu’on se tourne vers l’avenir.

« Pas de raison de les écarter »

Avez-vous discuté avec eux ?

Non, il n’y a pas eu de discussion. On a juste pris nos responsabilités. Ce n’est pas aux joueurs de prendre les décisions.

La confiance du club en ces deux joueurs est-elle altérée ?

Une mise en examen n’est pas une preuve de culpabilité. Il ne faut pas faire d’amalgame entre ces choses-là. On n’a pas accès au dossier. On sait ce qui se dit dans les journaux. On suit ce qu’il se passe et on agit en conséquence des circonstances.

Samuel Honrubia et Mladen Bojinovic vont-ils s’entrainer avec l’équipe ?

On ne se substitue pas à la justice et on préserve la présomption d’innocence. Il n’y pas de raison d’écarter les joueurs. Ils font partie d’un groupe et seront à l’entrainement à partir de lundi. Après, on verra s’il y a des éléments qui nous obligent à ne pas les sélectionner. Ça peut être des éléments d’ordres psychologiques. On laisse du temps au temps.

Comment les avez-vous trouvés ?

C’est forcément une épreuve. Pour des garçons qui ont vécu une garde à vue, j’ai trouvé qu’ils n’étaient pas si mal que ça. Le moins qu’on puisse faire, c’est de leur accorder du temps à eux et au groupe. Tout le monde est conscient qu’on est dans une situation extraordinaire et qu’on arrive sans toutes nos armes contre Saint-Raphaël.