RMC Sport

Mondial 2013 - Les Experts au révélateur allemand

Jérôme Fernandez

Jérôme Fernandez - -

Déjà qualifiée pour les 8e de finale du Mondial 2013, l’équipe de France veut terminer à la première place de la poule A après avoir dominé, ce vendredi à Barcelone (18h15), l’Allemagne. Un adversaire bien plus compétitif que les précédents.

Finalement, ce France-Allemagne tombe à pic. En tête du groupe A et d’ores et déjà qualifiés pour les 8e de finale après leur quatre victoires en autant de rencontres, les Experts sont presque heureux de défier leurs voisins allemands. Après la Tunisie (30-27), le Monténégro (32-20), le Brésil (27-22) et enfin l'Argentine (35-23), l’équipe de Claude Onesta avait besoin d’un adversaire plus costaud pour mieux se situer, à deux jours d’un premier match couperet qui s’annonce délicat face à la Macédoine ou l'Islande. « Comme l’Allemagne, on a nous aussi besoin d’un match référence, contre une équipe européenne, dans un contexte physique équilibré », reconnaît le coach tricolore.

Evidemment, l’Allemagne, malgré son prestigieux passé (trois titres mondiaux en 1938, 1978, 2007) et une défaite contre la Tunisie, ne part pas favori. Thierry Omeyer, pensionnaire de la Bundesliga depuis qu’il a rejoint Kiel en 2006, ne veut pourtant pas sous-estimer une sélection qu’il connait très bien. « L’équipe est rajeunie, mais il faut s’en méfier, avertit le gardien international. Ils sont capables de jouer à un très haut niveau. C’est le cas toute l’année en Bundesliga et, pour certains, en Ligue des champions. Dans un bon jour, ils peuvent poser des problèmes à n’importe quelle équipe. »

Onesta : « Les mettre en souffrance »

Rassuré par la performance de ses joueurs contre l’Argentine, Claude Onesta est sur la même longueur d’onde. Pour bien préparer le 8e de finale de dimanche, rendre une belle copie face à une nation qui compte dans le handball est indispensable. Comme Omeyer, il a donc mis en garde ses joueurs. Malgré un enjeu minime, il faudra prendre l’Allemagne très au sérieux. « Ce qui se dit sur elle est exagérée, soutient-il. C’est effectivement une formation sans grande expérience mais elle a des qualités. Ils finissent la phase de poules avec plus d’assurance et cherchent un match référence contre l’équipe de France. Sans pression. Ils ont l’opportunité d’aller chercher un exploit. Et puis la jeunesse, c’est peut être aussi l’enthousiasme, un peu de folie. A nous de les mettre suffisamment vite en souffrance pour qu’ils ne récitent pas leur meilleur jeu. »

Poursuivre sur la dynamique de victoires face à un adversaire européen réputé, tel est le défi des Experts, ce vendredi à Barcelone. « Le réel niveau de l’équipe de France, on le verra plus tard », conclut Samuel Honrubia

Aurélien Brossier avec RM