RMC Sport

Mondial de hand au Qatar : La sécurité des Experts en questions

-

- - AFP

Ce mercredi, l’équipe de France de hand sera la première délégation tricolore à s’expatrier depuis les attentats perpétrés à Charlie Hebdo et porte de Vincennes. Direction le Qatar, où est organisé le Mondial du 15 janvier au 1er février. Malgré le contexte et les accusations portées à l’émirat, soupçonné de financer le terrorisme et l’Etat Islamique, les Experts se veulent sereins.

Le Qatar, un choix judicieux ?

Accusé de financer des organisations terroristes ainsi que l’Etat Islamique, notamment dans un dernier rapport établi par le Trésor Américain, le Qatar reçoit à partir de jeudi le 24e championnat du monde de hand, une semaine seulement après la vague d’attentat qui a touché la France. Pour le sélectionneur Claude Onesta, tout embargo ne doit pas relever des institutions sportives : « Les formations sportives ne doivent-elles plus aller au Qatar ? Mais doit-on continuer à leur vendre des Mirages ? Tout le monde essaie de leur vendre tout ce que l’on peut leur vendre et on attendrait des sportifs qu’ils soient les chevaliers blancs ? Donc s’il y a des décisions concernant la géopolitique, et si l’état français estime que le Qatar n’est pas un pays fréquentable, on se soumettra à des décisions qui sont de la dimension des politiques. »

Joël Delplanque, président de la Fédération, ne se montre guère plus chiffonné par ce choix : « Nous avons noué des relations personnelles avec le président de la Fédération du Qatar. Depuis le choix du Qatar en 2011, nous avons installé une coopération extrêmement fructueuse. Je vais dans cette compétition, malgré cet environnement, dans des conditions sereines. »

Les Bleus « bunkérisés » ?

Les Experts ne feront pas exception durant leur séjour au Qatar. Installés aux côtés de l’équipe d’Algérie, les Bleus ont décliné la proposition de déménagement. « On va vivre dans les conditions telles que prévues par l’organisation, confie Joël Delplanque. En tous cas, c’est le vœu que j’ai rappelé ce mardi matin. Il était question de nous placer dans des conditions singulières, ce que j’ai rejeté. Je fais confiance aux dispositions qui sont prises et les informations que j’ai me rassurent. »

« Il y a une organisation qui sera de toute manière une organisation de qualité, poursuit Claude Onesta. Je sais que les services de sécurité français sont en relations avec les services de sécurité locaux. Je pense que l’on verra bien si les gens apportent plus d’inquiétudes dans les jours qui viennent, on essaiera de prendre la mesure de tout ça mais pour le moment, ce n’est ni notre préoccupation, ni de notre niveau de vigilance. On va se laisser porter un peu. »

Les Bleus ont-ils peur ?

Sans être bunkérisés, les Experts seront bien chaperonnés. De quoi, dans l’ensemble, évacuer les principales angoisses, liées à l’idée de résider deux semaines au Qatar, comme en témoigne le DTN, Philippe Bana : « Ils ont eu besoin d’être rassurés, on les a rassurés. Ca les a détendus de savoir qu’ils seraient accompagnés et qu’ils pourraient se consacrer uniquement au handball. Incontestablement le dispositif qatari est très élevé et de standard olympique, en termes de sécurité. » Nikola Karabatic confirme ne pas ressentir d’appréhension particulière : «Que l’on soit au Qatar, aux Etats-Unis, en France, ça ne change rien, les attentats peuvent toucher partout dans le monde. »

Pour certains, comme Jérôme Fernandez, l’inquiétude se reporte d’ailleurs plutôt sur les proches laissés en France : « Je pense que ça dépend de la sensibilité de chacun. Personnellement je vais partir au Qatar avec un minimum d’inquiétude. J’ai été très inquiet par rapport aux évènements parce qu’il y avait des familles de joueurs sur Paris. J’espère de tout cœur que ça va bien se passer dans les semaines à venir en France. »

la rédaction