RMC Sport

Montpellier avec les honneurs

-

- - -

Secoué par l’affaire des paris suspects, Montpellier s’est incliné avec les honneurs à Toulouse (34-29), ce mercredi pour le compte de la 4e journée de championnat. Sans cinq cadres mais emmenés par un excellent William Accambray, les jeunes pousses montpelliéraines ont su prendre leurs responsabilités et entamer la « reconstruction » du MAHB.

Touchés mais pas coulés, les Montpelliérains sont déjà passés à l’heure de la reconstruction ce mercredi soir Palais des Sports de Toulouse. Secoué depuis une semaine par l'affaire des paris suspects du match Cesson-Montpellier, le MAHB devait tant bien que mal assurer son match de championnat sur le parquet du Fénix Toulouse. « The Show must go on »… Privé de ses cinq cadres, comme Nikola Karabatic ou Dragan Gajic, le champion de France s’est reposé sur ses jeunes pousses du centre de formation Rémi Desbonnet (20 ans), Remi Leventoux (20 ans) ou encore Mathieu Grebille (21 ans le 6 octobre prochain), qui était d’ailleurs capitaine pour l’occasion.

Comme on pouvait le prévoir, une effervescence inhabituelle planait autour de ce rendez-vous. Evidemment, il y a souvent du monde pour venir voir jouer le quintuple tenant du titre. Les gradins du Palais des Sports de Toulouse affichaient d’ailleurs complet, avec 4 200 spectateurs. Mais cela fait une semaine que le Montpellier Handball est au cœur de la tempête. Pour un match classique de championnat, cinq à six journalistes sont habituellement présents à Toulouse. Mercredi, ils étaient 54 à avoir demandé une accréditation. Mais le mot d’ordre dans la Ville Rose était de « vivre une belle fête ». Les Montpelliérains ont certainement apprécié l’accueil chaleureux du public toulousain. « Il faut les aider, ils vivent des moments difficiles », a d’ailleurs lâché le speaker avant le début de la rencontre.

Robin : « C’est un nouveau départ »

Les hommes de Patrice Canayer étaient également venus pour ramener quelque chose de leur déplacement. Malgré la défaite (34-29), les Héraultais pourront se satisfaire du niveau affiché par leurs jeunes prodiges du centre de formation. Emmenés par le champion olympique William Accambray, auteur de dix buts, le MAHB et ses « minots » ont fait le boulot, à l’image de la remarquable prestation du capitaine Mathieu Grebille (8 buts) et du gardien Rémi Desbonnet (10 arrêts). Malgré la présence de Wissem Hmam et Mickaël Robin, cités dans l’affaire des paris, Montpellier a manqué d’automatismes pour pouvoir faire tomber le Fénix Toulouse et son incontournable Jérôme Fernandez (8 buts).

« On est déçu par le résultat car on était venu chercher quelque chose, a regretté Patrice Canayer au micro de Sport +. On essaye de gérer jour après jour. On a assuré dans des conditions pas simples. J’ai vu un comportement de mes joueurs à la hauteur. » Après la lourde défaite concédée à Coubertin face au PSG Handball (38-24), le week-end dernier, le MAHB concède son deuxième revers de rang. Mais l’essentiel était ailleurs. « Il faut absolument qu’on récupère de tout ça pour repartir de l’avant, concède Mickael Robin pour Sport+. On a du boulot devant nous individuellement et collectivement. Il faut qu’on se mette tous au travail en restant soudé. C’est un nouveau départ. »

Le titre de l'encadré ici

Pendant ce temps, Karabatic… |||Interdit de terrain (il n’a pas le droit de voir ses coéquipiers impliqués dans l’affaire des paris suspects, hormis son frère), Nikola Karabatic était donc chez lui ce mercredi pour se reposer et souffler, alors que son équipe de Montpellier affrontait le Fénix de Toulouse (34-29). La star du handball français voulait digérer cette semaine de folie, où il a été mis sous les feux de la rampe. Placé sous contrôle judiciaire, le Montpelliérain peut néanmoins vivre avec son frère (Luka), sa compagne (Géraldine PILLET) et sa belle-sœur (Jennifer PRIEZ). Le double champion olympique profite également de sa maman, qui est venue le chercher mardi au Palais de justice et qui vit avec eux.

Pour la petite histoire, Karabatic a pu découvrir, ce mercredi matin sur le pas de la porte, un bouquet de roses accroché à la poignée. On pouvait y lire un mot du petit Erwan, qui s’est pris de passion pour le hand grâce à Nikola et qui lui apporte tout son soutien dans ces moments difficiles. Nikola Karabatic en a également profité pour parler à son agent et évoquer son avenir dans le handball, ce sport auquel « il a dédié sa vie ».