RMC Sport

Montpellier : La justice est-elle allée trop vite ?

Mladen Bojinovic

Mladen Bojinovic - -

Selon les avocats de Mladen Bojinovic, un des joueurs inculpés dans l’enquête des paris suspects, la Ligue ne s’était pas mise en conformité avec la loi au moment des faits. Une requête en nullité de la mise en examen a été déposée.

Alors que les juges instructeurs poursuivent leur travail, la défense s’organise, au cas par cas, en fonction des degrés d’inculpation des acteurs du dossier. Les frères Karabatic et Wissem Tej ont fait la demande de voir leurs conditions de mise sous contrôle judiciaire assouplies. Le recours sera examiné ce mardi par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Montpellier. Les avocats de Mladen Bojinovic, passé cet été du MAHB au PSG, vont de leur côté faire appel pour déposer une requête en nullité de la mise en examen de leur client.

Motif ? Luc Abratkiewicz et Isabelle Monsenego estiment que la Ligue nationale de handball (LNH) n’était pas en conformité avec les textes législatifs lors des faits, le 12 mai dernier. Les avocats affirment que la loi du 1er février 2012, qui généralise l’interdiction faite aux sportifs de parier en ligne et en dur (points de vente), n’a pas été transcrite dans le règlement de la Ligue avant le 28 juin, soit un mois et demi après le fameux match Cesson-Montpellier, à l’origine de l’enquête.

« La procédure tombe d’elle-même (Abratkiewicz, avocat) »

A cette date, le règlement renvoyait encore à la loi du 12 mai 2010 relative à la libéralisation des jeux en ligne, et uniquement aux jeux en ligne… « La quasi-totalité de la procédure est fondée sur l’interdiction faite aux joueurs de jouer aux paris en ligne, attaque Me Abratkiewicz. La ligue n’a pas modifié son règlement au moment des faits. Je suis avocat, je ne fais pas dans la morale, mais dans la validité des textes. Pour moi, il n’y a pas de poursuites possibles. La procédure tombe d’elle-même. »

Le titre de l'encadré ici

Karabatic et les autres suspendus de salaires|||

En fin de semaine dernière, les cinq joueurs de Montpellier mis en examen (Nikola et Luka Karabatic, Issam Tej, Dragan Gajic, Primoz Prost) ont tous reçu un courrier recommandé de leur club, le MAHB, leur indiquant qu’ils étaient suspendus de salaire à compter du 3 octobre, lendemain de leur mise en examen. Dans ce courrier, le club montpelliérain motive cette décision par le fait que les joueurs concernés ne peuvent exercer leur métier, le contrôle judiciaire qui leur est imposé leur interdisant tout contact avec des membres du MAHB. Cette décision n’explique cependant pas pourquoi ces cinq joueurs n’ont toujours pas perçu leurs salaires de septembre, comme l’a révélé RMC Sport la semaine dernière.
R.M.